"Ça a été un raid assez bref et intensif" : un habitant témoigne après les violents affrontements à Dijon

"Ça a été un raid assez bref et intensif" : un habitant témoigne après les violents affrontements à Dijon

CHAOS - Des scènes de violences inédites se déroulent depuis trois jours à Dijon entre des membres de la communauté tchétchène et des habitants d'un quartier sensible de la ville.

Une voiture incendiée à quelques centaines de mètres du centre de Dijon en pleine journée ce lundi, et dimanche soir, une voiture folle qui fonce sur un groupe de jeunes. Depuis trois jours, la capitale de la Bourgogne s'embrase. Des centaines de personnes, parfois encagoulées et armées s'affrontent, notamment dans le quartier sensible des Grésilles. 

Ces affrontements opposent d'un côté des jeunes issus de la communauté maghrébine, de l'autre des individus d'origine tchétchène qui arrivent chaque soir plus nombreux des départements voisins. Vendredi soir, c'est muni de barres de fer qu'ils s'en seraient pris à un bar de nuit en plein centre-ville. Le propriétaire de l'établissement voisin a accepté de témoigner dans le 20h de TF1 : "Ça a été un raid assez bref et intensif avec un grand nombre de personnes qui visaient un établissement bien précis", dit-il.

Toute l'info sur

Le 20h

"Du jamais vu", pour la police

Selon des sources policières, l'expédition aurait été lancée à la suite de l'agression, le 10 juin, d'un jeune homme de 16 ans issu de la communauté tchétchène. Depuis la tension monte, du jamais vu pour Stéphan Ragonneau, le secrétaire régional du syndicat Alliance Police. "Quand on voit arriver des gens bien organisés, avec des voitures qui sont maquillées, avec un ordre bien précis, avec un commandement en chef, avec des armes de guerre, on se dit on est où ?", s'alarme-t-il.

Ce lundi soir, des centaines de policiers sont arrivés en renfort, et selon la préfecture, un escadron de gendarmes mobiles devrait être aussi déployé. Une enquête judiciaire a par ailleurs été ouverte. Au total, une dizaine de personnes ont été blessées, dont une par balle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les premières images de Nice et Dunkerque reconfinées

Qui sera vacciné et quand ? Les dates à connaître du calendrier vaccinal

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

25 millions de Français partiellement reconfinés ? 20 départements en sursis jusqu'au 6 mars

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

Lire et commenter