Vague de chaleur et prévention du Covid-19 : une gestion épineuse dans les Ehpad

C'est dans les Ehpad que la reprise de l'épidémie est le plus à craindre. Pour prévenir une nouvelle vague, des mesures ont été mises en place dans ces établissements.
Population

PROTOCOLE – Alors qu’une vague de chaleur touche la France, les personnels des Ehpad doivent adapter les mesures prises contre l'épidémie de Covid-19. Un casse-tête dans ces établissements, où 10.515 personnes âgées en sont décédées depuis le mois de mars, selon le bilan officiel.

Ces derniers jours ont été éprouvants en France tant le thermomètre a grimpé rapidement, et que ça ne va pas s'arrêter d'ici la fin de semaine Et ils le sont d’autant plus pour les résidents des Ehpad qui, après avoir été isolés et interdits de visite pour les protéger du virus, doivent affronter des températures caniculaires. Au mois de juin, l’ensemble de ces établissements ont reçu du ministère de la Santé "des consignes pour adapter leurs procédures 'vague de chaleur' au contexte COVID". Le plan national canicule, élaboré en 2004 et appliqué depuis chaque été, impose à chacun d'entre eux d’avoir une pièce rafraîchie par un système de climatisation au minimum. Il permet également l’identification des résidents à risques, le suivi des températures des pièces, ou encore la sensibilisation du personnel.

"Les recommandations émises par le ministère des Solidarités et de la Santé visent à permettre le rafraîchissement de tous les résidents, tout en maintenant la distanciation physique et les gestes barrières nécessaires pour empêcher la propagation du virus", rappelle le ministère de la Santé. Car si l’épidémie a ralenti sur le territoire et que les résidents sont de nouveau autorisés à recevoir des visites, ils restent néanmoins vulnérables face à une contamination au Covid-19. Selon le dernier bilan de la Direction générale de la Santé (DGS) du mardi 28 juillet, 10.515 résidents des Ehpad sont décédés des suites du virus depuis le mois de mars. 

Lire aussi

Des salles rafraîchies, avec distanciation

Mais concilier les mesures élaborées pendant l’épidémie à celle prévues en cas de canicule apparaît comme un casse-tête. En effet, ce plan indique que "les résidents non contaminés par le COVID-19 ont prioritairement accès aux salles rafraîchies" et qu’"une distanciation physique d’au moins 1 mètre, ce qui correspond à un espace sans contact d’environ 4m2 par personne au minimum", doit être respectée. Invité sur Europe 1 fin juin, Pascal Champvert, président de l'association des directeurs au service des personnes âgées et directeur de cinq Ehpad, n’a pas manqué de réagir à ces mesures, qu’il jugeait à l'époque irréalisables. "Il y a des pièces qui vont devenir trop petites par rapport au nombre de résidents qui pourraient y séjourner", a-t-il notamment déclaré.

"Chaque résident contaminé par le COVID-19 ou présentant des signes d’une possible infection COVID-19 reste seul dans sa chambre", prévoit également le protocole qui précise qu’il convient d’"arrêter le climatiseur individuel de la chambre s’il induit un flux d’air" et de "ne pas installer de ventilateur individuel". 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Au sein des Ehpad détenus par le groupe privé Korian, la climatisation est autorisée dans les chambres des malades. Chacun de ces 308 établissement a également prévu deux pièces communes climatisées, l’une à destination des résidents non-contaminés, l’autre accessible pour les résidents malades, au sein de la "zone Covid". Le personnel, lui, a été sensibilisé au plan canicule dès la fin mai.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent