Carburants : un risque de pénurie à craindre... vrai ou faux ?

Carburants : un risque de pénurie à craindre... vrai ou faux ?
Population

CARBURANTS - Plusieurs raffineries sont toujours bloquées en raison de la mobilisation contre la réforme des retraites. Est-on proche d'une pénurie d'essence comme le laisse entendre la CGT ? Voici des éléments de réponse.

Sur les huit raffineries françaises, plusieurs d'entre elles sont actuellement à l'arrêt en raison du mouvement de grève contre la réforme des retraites. Trois l'étaient toujours vendredi soir. Faut il craindre  une pénurie d'essence pour autant ? 

Une bataille de communication s'est engagée entre le gouvernement et les grévistes. La CGT assurait vendredi que quatre raffineries étaient en grève : Total Normandie,  Pétroinéos Lavéra (Bouches-du-Rhône), Total La Mède (Bouches-du-Rhône) et  Grandpuits (Île-de-France). La raffinerie de Donges (Loire-Atlantique) a suspendu son mouvement jeudi  soir à 21h, mais "une assemblée générale était prévue midi pour  monter le niveau de mobilisation dans les heures et les jours qui viennent", a  expliqué à l'AFP Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral de la CGT Chimie.

Une consultation des salariés est aussi "prévue" à Feyzin (métropole de  Lyon). Enfin, le port pétrolier du Havre est "toujours en grève", selon le  syndicaliste.

L'hypothèse d'une pénurie "pas envisagée"

Le ministère de la Transition  écologique et solidaire tente, lui, de rassurer pour éviter principalement que les automobilistes ne se  pressent inutilement dans les stations . Il a ainsi démenti vendredi "les informations selon lesquelles  la production pétrolière serait à l'arrêt et confirme que toutes les  raffineries de France métropolitaine continuent à produire normalement".

 Seules deux raffinerie rencontraient vendredi des difficultés temporaires  dans leurs expéditions. "Cette situation  n'a pas d'impact sur l'approvisionnement pétrolier et ne suscite aucune  inquiétude", a néanmoins précisé le gouvernement. "Seules trois raffineries, Normandie, La Mède et Grandpuits, ont des  difficultés d'expédition. Elles tournent mais elles ne peuvent pas livrer  correctement", a assuré l'Union française des industries pétrolières (Ufip),  qui rassemble les entreprises du secteur.

L'hypothèse d'une pénurie de carburant n'est pas envisagée : jeudi, seules  "1,6%" des stations-service en France avaient des problèmes sur au moins un des  produits qu'elles délivrent (gazole ou sans plomb), selon l'Ufip. "La logistique pétrolière en France est robuste puisqu'elle repose sur un  réseau dense de 200 dépôts, alimentés par oléoducs, par voie fluviale, maritime  ou ferroviaire, et une distribution par camion-citerne pour les derniers  kilomètres jusqu'aux stations-service", rassure encore le ministère.

Ne pas céder à la tentation des pleins de carburant "de précaution"

Toute l'info sur

La réforme des retraites d'Emmanuel Macron

Dans la mesure où "les stocks sont à un bon niveau", le gouvernement  appelle la population à ne pas céder à la tentation des pleins de carburant "de  précaution" qui peuvent créer localement des "points de tension". Le risque de pénurie n'est pas à craindre dans l'immédiat car les 200 dépôts partout dans l'Hexagone ont encore assez de réserve pour approvisionner les 11.000 stations-service. Et si la grève se durcit, notre pays dispose de stock stratégique.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 13/12/2019 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 13 décembre 2019 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent