Charlie Hebdo : Instagram s'excuse après la suspension du compte de deux journalistes

À l'occasion du procès des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, Charlie Hebdo republie les caricatures de Mahomet qui en avaient fait la cible des djihadistes.
Population

CARICATURES - Les comptes de Laure Daussy et de Coco, membres de la rédaction de l'hebdomadaire, ont été brièvement suspendus après que ces dernières avaient partagé la dernière Une de Charlie Hebdo.

Instagram a-t-il censuré la Une de Charlie Hebdo, qui reprenait les différentes caricatures du prophète Mahomet, en mémoire de l'attentat qui a frappé la rédaction en 2015 ? C'est ce que font valoir, d'un côté, la journaliste Laure Daussy, et de l'autre, la dessinatrice Coco qui, l'une après l'autre, ont constaté la suspension de leur compte sur le réseau social.

La première en a partagé le constat depuis son compte Twitter, dans la soirée du samedi 5 septembre : "Mon compte instagram a été 'désactivé'. La dernière photo que j'avais postée était la #Une de Charlie Hebdo.  C'est donc probablement un piratage ou un signalement en masse, nouvelle forme de #censure. Hallucinant." Même chose, le lendemain dimanche 6 septembre, pour la dessinatrice : "Comme ma consœur de Charlie Hebdo Laure Daussy, mon compte Instagram a été désactivé suite à la diffusion de la couverture 'Tout ça pour ça' avec les caricatures de Mahomet. Tout simplement scandaleux."

Une campagne de signalement en masse

Pour Laure Daussy comme pour Coco, le doute n'a pas lieu d'être, c'est en raison de la publication de leur dernier post, reprenant la Une de 2 septembre de l'hebdomadaire satirique, que leur compte a été suspendu. Le résultat de signalements en masse, lesquels permettent, sur des plateformes comme Twitter, Facebook, comme Instagram, d'obtenir le bannissement temporaired'un utilisateur.

Ce qu'a reconnu à demi-mots Instagram, dimanche 6 septembre à la mi-journée, comme le relève le Huffington Post. "Ces comptes ont été supprimés par erreur. Nous les avons rétablis dès que cela a été porté à notre connaissance et nous sommes désolés de la confusion et de la détresse que cela a pu causer." 

En conséquence, les deux comptes ont été réinstaurés, Laure Daussy remerciant ses soutiens, et s'interrogeant sur "le problème de ces campagnes de 'signalements' de masse, [où] dès qu'un contenu est considéré comme 'offensant', qui peuvent mener ainsi à ce type de censure absurde et automatique."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron va prendre la parole mercredi à 20h

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent