Caricatures de Mahomet republiées : le Grand Imam de Bordeaux "appelle les musulmans à l'indifférence"

Caricatures de Mahomet republiées : le Grand Imam de Bordeaux "appelle les musulmans à l'indifférence"

RÉACTION - Alors que "Charlie Hebdo" republie les caricatures de Mahomet à l'occasion du procès des attentats de janvier 2015, le Grand Imam de Bordeaux dit "comprendre l'intention" et appelle à répondre "à la caricature par la caricature" et non par la violence.

Alors que s'ouvre ce mercredi le procès des attentats de janvier 2015, qui ont notamment coûté la vie à 12 membres de la rédaction de Charlie Hebdo, le journal satirique a décidé ce mardi de republier dans son dernier numéro les caricatures de Mahomet, qui avaient provoqué la colère des djihadistes. Interrogé par Adrien Borne ce mardi midi sur LCI, Tareq Oubrou, Grand Imam de Bordeaux, a balayé l'idée selon laquelle ces publications seraient une provocation. "Nous sommes dans un État de droit, et le droit protège la liberté d'expression tant que celle-ci ne trouble pas l'ordre public", a-t-il rappelé (voir vidéo en tête de cet article). "S'il y a conflit, c'est dans les tribunaux qu'il faut le régler."

Toutefois, Tareq Oubrou craint qu'une partie de la société réagisse mal à ces caricatures. "Il y a des perceptions, des sentiments, un climat de tension qui traverse toutes les couches de notre société", a-t-il indiqué. "Les musulmans ne doivent pas réagir d'une manière qui donnerait raison à ces caricatures. J'appelle plutôt les musulmans à l'indifférence. Celui qui ne veut pas être indifférent n'a que les tribunaux pour régler ce problème."

Toute l'info sur

Le procès hors normes des attentats de janvier 2015

"La violence n'est pas le moyen de construire une société"

Selon lui, la liberté d'expression est d'ailleurs "favorable aux musulmans", qui "ont le droit de répondre et de critiquer". Mais "on répond à la caricature par la caricature, à la philosophie par la philosophie, à la poésie par la poésie", a-t-il souligné. "La violence n'est pas le moyen de construire une société, surtout dans un moment où elle traverse beaucoup de problèmes."

Lire aussi

En outre, Tareq Oubrou a avoué "comprendre l'intention" de la rédaction de Charlie Hebdo, une réaction "tout à fait normale" après le "crime très violent qu'ils ont subi". "Le terrorisme est une catastrophe pour notre société, y compris pour les musulmans qui souffrent de cette perception violente de la religion", a-t-il déclaré.

"La grandeur d'une religion" se trouve "dans sa capacité à pardonner"

Toutefois, le Grand Imam de Bordeaux "ne croit pas" que la réaction de Charlie Hebdo "sera efficace". Il redoute d'ailleurs qu'elle crée davantage de tensions, notamment parce qu'il y a "une communauté assez vulnérable et susceptible" qu'il "faut prendre en considération". "Une strate de notre société ne se reconnaît pas dans les valeurs de la République", a admis Tareq Oubrou, selon qui "il faut prendre en compte" les réactions "de certaines personnes qui sont en porte-à-faux par rapport au droit et par rapport à leur propre religion."

Le Grand Imam de Bordeaux a enfin estimé que "la grandeur d'une religion" se trouve "dans sa capacité à pardonner et à être indifférent devant ce type de caricature qui exprime une liberté d'expression". "Le prophète lui-même n'est pas touché par les caricatures puisqu'il a pardonné, même ceux qui l'ont insulté."

De son côté, le président du Conseil français du culte musulman a appelé à "ignorer" les caricatures. "Les caricatures, nous avons appris à les ignorer et nous appelons à garder cette attitude en toute circonstance", a affirmé à l'AFP Mohammed Moussaoui ce mardi. "La liberté de caricaturer est garantie pour tous, la liberté d'aimer ou de ne pas aimer également. Rien ne saurait justifier la violence."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : quarantaine obligatoire pour les voyageurs venant du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud

Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

Funérailles du prince Philip : William et Harry se sont-ils réconciliés ?

Lire et commenter