Clip de rap ou place de deal ? A Grenoble, l'auteur de la vidéo polémique s'explique

Clip de rap ou place de deal ? A Grenoble, l'auteur de la vidéo polémique s'explique
Population

STUPÉFIANTS - La semaine dernière, deux vidéos diffusées sur les réseaux sociaux avaient suscité l'ire des autorités. On y voyait plusieurs hommes encagoulés et parfois munis d'armes. Il s'agissait du tournage d'un clip, assure l'auteur des images.

Simple clip de rap ou véritable place de deal ? Depuis la semaine dernière, deux vidéos diffusées sur les réseaux sociaux suscitent l'ire des forces de l'ordre, jusqu'au premier d'entre eux Gérald Darmanin. On y voit des hommes cagoulés et armés autour d'un point de deal à Grenoble. Mais depuis mardi, le rappeur Corbak Hood l'assure : il s'agit d'un clip qui n'a "rien à voir" avec le trafic de stupéfiants qui gangrène le quartier du Mistral.

"Ça n'a aucun rapport, moi je suis un rappeur (...) ma chaîne (YouTube, ndlr) en dit long, Instagram en dit encore plus long (...) tout ça c'est de la mise en scène", a expliqué le rappeur sur France 3, assurant avoir fait ce clip car il "galérai[t] un peu" dans son activité musicale. "Y avait une opportunité de buzzer et je l'ai utilisée, le clip je l'ai fait avant (la polémique, ndlr) et je l'ai laissé fuiter, comme Stromae pour le clip de "Formidable", j'ai laissé fuiter deux-trois images."

Lire aussi

"Je m'attendais pas à ca"

"J'ai attendu deux-trois jours que le buzz prenne, que ça monte, et là j'ai balancé le clip, c'est le bon moment. Je m'attendais pas à ça, ça fait 16 heures que je l'ai posté, ça a bien marché, j'ai jamais fait 30.000 vues sur ma chaîne, mon téléphone il est bouillant (...) J'savais pas que ça allait marcher à ce point-là, faire déplacer le préfet, tout ça", souligne le rappeur.

Les arguments du rappeur convaincront-ils les autorités ? Pas certain, si l'on en juge par leur réaction. "Inadmissible", avait réagi sur Twitter le procureur de la République à Grenoble, Éric Vaillant, qui ouvrait une enquête. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, ordonnait une descente de police dénoncée comme une opération de communication par le maire de Grenoble, Éric Piolle - qui sera reçu prochainement place Beauvau. 

"Au sujet de la vidéo tournée à Grenoble la semaine dernière, certains prétendent à présent qu'il s'agissait du tournage d'un clip... L'enquête diligentée par le procureur fera la lumière sur ce point. Clip ou pas clip, on n'a pas le droit d'être armé sur la voie publique", a encore tweeté mardi la préfecture, alors que la thèse des drogues et des armes factices fait aussi son chemin. Selon le procureur Éric Vaillant, l'enquête doit déterminer "qui a fabriqué ces vidéos, ce qu'il en est de la nature exacte des armes et de la drogue exposées, et des liens entre les vidéastes et les trafiquants de stupéfiants du quartier".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le gouvernement envisage des mesures de durcissement nationales "dans les jours à venir"

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent