Comme Notre-Dame, de nombreux édifices ont été ravagés par les flammes... Avant de renaître

Population
En proie aux flammes, la cathédrale Notre-Dame de Paris a subi de graves dégâts dans la soirée du 15 avril. Un incendie qui rappelle les catastrophes qui ont frappé de nombreux édifices du monde entier. Des travaux de grande ampleur ont permis de sauver ces derniers.

Dans la soirée du lundi 15 avril, vers 18h50, un feu s'est déclaré dans les combles de la cathédrale Notre Dame de Paris, probablement dû aux travaux de rénovation qui étaient en cours.  C'est un symbole pour les chrétiens mais aussi pour tout un pays, qui s'est embrasé. Un drame qui fait écho à d'autres catastrophes survenues par le passé. De nombreux lieux de culte ou joyaux du patrimoine ont été détruits, avant de renaître de leurs cendres. 

Le Parlement de Bretagne

Il y a 25 ans, dans la nuit du 4 au 5 février 1994,  le parlement de Bretagne était touché par un terrible incendie. Alors que le Premier ministre de l’époque, Édouard Balladur, était en visite à Rennes, une violente manifestation de marins pêcheurs avait tourné à l’émeute. Après des tensions dans la journée qui avaient fait 70 blessés, les Rennais ont assisté, au beau milieu de la nuit, à la destruction de l’un des joyaux du patrimoine breton, construit au XVIIe siècle. C'est une fusée de détresse qui, se glissant dans la corniche, a déclenché l'incendie. 


Les travaux pour restaurer auront duré 10 ans et coûté 55 millions d'euros, principalement financés par l'Etat et par l’élan de générosité des collectivités et particuliers. 

Le château de Windsor

Outre-manche aussi les flammes ont ravagé un emblème : le château de Windsor.  Le 20 novembre 1992, un projecteur placé trop près d'un rideau enflamme ce dernier. Pendant près de quinze heures, le feu détruit neuf salons d'apparat et plus d'une centaine de pièces. Les flammes ont néanmoins épargné les appartements privés de la reine.  


La reine Elisabeth décide d'ouvrir le palais de Buckingham pour financer les réparations. Les travaux coûteront 45 millions d'euros. Le prix d’entrée, associé à la vente de produits dérivés comme des tasses, T-shirts, gravures et cadeaux en tout genre, rapporte près de 240 millions de francs (un peu plus de 47 millions d'euros). Il faudra 5 ans pour restaurer à l'identique le château et le rouvrir au public en 1997.

La bibliothèque de Sarajevo

De 1992 à 1995, la Bosnie fut ravagée par une guerre inter-communautaire qui provoqua la mort d'environ 100.000 personnes. Les biens culturels ne furent pas épargnés. Dans la nuit du 25 au 26 août 1992, la Bibliothèque nationale de Bosnie à Sarajevo  était incendiée par des artilleurs serbes. Sur plus de deux millions d'ouvrages seulement  300 000 ont été épargnés par les flammes.


Lancés en 1996, les travaux ont pris fin en 2014, pour un coût estimé à 12 millions d'euros, principalement pris en charge par l'Union européenne. 

La cathédrale de Nantes

C’est un ouvrier-couvreur effectuant des réparations sur la toiture de la cathédrale à l'aide d'un chalumeau, qui a mis le feu accidentellement à l’édifice le 28 janvier 1972. La cathédrale de Nantes est vite devenue la proie des flammes. Pendant près de 24 heures, les pompiers se sont relayés tandis que des milliers de personnes s’étaient rassemblées dans le quartier pour assister à la catastrophe. Les grandes orgues ont été sauvées des flammes mais la charpente s'est totalement effondrée. La cathédrale rouvrira au culte dès 1975 mais le chantier de réparation ne prendra fin qu’en 1985, treize ans plus tard.

La cathédrale de Reims

Le 19 septembre 1914, deux mois après le début de la première guerre mondiale, l’édifice gothique est l’objet de bombardements intenses des forces allemandes. Un incendie se déclenche et ravage celle qu'on surnomme "la cathédrale-martyre".  Un échafaudage posé sur la façade nord prend feu avant de gagner la charpente en bois. Presque toute la cathédrale  est détruite suite à de nombreux bombardements qui ont suivi le tragique incendie, et ont aggravé les premiers dégâts. 


Ce n’est qu’à la fin de la Grande guerre que l’Etat français entame le chantier de reconstruction, avec l'aide d'un grand nombre de mécènes privés et internationaux comme la famille Rockfeller (grande fortune de l'industrie pétrolière du XXe siècle).   Il faudra près de 20 ans de travaux pour arriver à bout de ce chantier titanesque. La cathédrale de Reims sera rouverte au culte en 1938.  

La cathédrale de Chartres

Le drame de Notre-Dame de Paris rappelle celui qu'a vécu la cathédrale de Chartres, lors de rénovations, il y a 183 ans de cela. Le feu serait parti d'un réchaud mal éteint à la nuit tombée, le 4 juin 1836. Après des heures de lutte face aux flammes atteignant parfois 15 mètres de haut, les sapeurs pompiers ont réussi a maîtriser le feu.  


A l'aube du 5 juin, la structure générale de la cathédrale est sauvée... Tout comme celle de Notre-Dame aujourd'hui.

Surprenant parallèle : Victor Hugo, l'auteur de l'un des plus grands classiques consacrés à la cathédrale de Paris, a été l'auteur d'un appel aux dons pour sauver celle de Chartres. Des fonds de l'Etat avaient également été débloqués. Le chantier a débuté en 1839 et a duré 2 ans pour offrir à la cathédrale le toit en cuivre que nous connaissons aujourd'hui.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter