Commentaires homophobes sous un article de Nice-Matin : un des couples visés porte plainte

Population

RÉSEAUX SOCIAUX - Le quotidien Nice-Matin, confronté à un flot de commentaires homophobes sous un article félicitant "les mariés du week-end à Nice", a publié un article pour dénoncer les auteurs de ces propos haineux. Un couple de mariés visé par les commentaires a pris la décision de porter plainte.

Ils ont écrit des commentaires homophobes : Nice-Matin leur a répondu et le couple visé par leurs messages haineux va porter plainte. Bientôt la fin de l'impunité sur le web ? Mercredi 31 juillet, le quotidien dénonçait les trop nombreuses réactions malveillantes sous leur dernière publication des "Mariages du week-end à Nice". Un article publié chaque semaine en édition papier et sur les réseaux sociaux pour célébrer les nouveaux mariés. "Une tradition bienveillante. Une forme de vivre ensemble que nous aimons à cultiver", décrit le journal. De simples photos d'amoureux qui permettent de partager des moments de bonheur avec tous les lecteurs de la communauté azuréenne.

"Commentaires ignobles" et "homophobie archaïque"

"Beaucoup trop souvent toutefois, nous déplorons que ces publications sur les réseaux sociaux entraînent des commentaires malveillants, injurieux, violents, cruels, racistes, sexistes, haineux..." regrettait alors Nice-Matin dans un article qui remet les points sur les i.

Des "commentaires ignobles" accumulés en quelques heures qui ont été "la goutte d’eau qui fit déborder le vase de notre écœurement" décrit le quotidien. La raison ? "Sur dix photos d’époux fraîchement mariés, deux concernaient des couples homosexuels", explique Nice-Matin. "Il n’en fallait semble-t-il pas plus pour que se déverse encore une autre forme de haine, l’homophobie, dans laquelle notre rédaction, pour qui le respect de chaque être humain est une valeur fondamentale, ne se reconnaît pas", se désole l'équipe du journal.

La rédaction dit s'attrister, six ans après l’entrée en vigueur de la loi sur le Mariage pour tous, "d’avoir encore à dénoncer cette homophobie archaïque". Alors cette fois, les journalistes n'ont pas hésité à afficher publiquement les noms des personnes ayant eu les réactions les plus intolérables, avec leurs messages respectifs.

Le quotidien rappelait ensuite que "l’injure est punie de 12.000 euros € d’amende lorsqu’elle est proférée par des discours, cris ou menaces dans des lieux publics, mais aussi lorsqu’elle est diffusée par écrit, dessin ou image. Si le caractère homophobe ou transphobe est retenu, la peine encourue est portée à six mois d’emprisonnement et 22.500 euros d’amende". Une mise au point juridique que l'on espère efficace pour calmer les futurs intolérants.

Le couple de mariés prépare sa plainte

L’article de Nice-Matin, repris par plusieurs médias, a déclenché une vague d’indignation. Forts de ce soutien, Aurélien et Vincent Moine-Vergult ont fait part au journal de leur intention d'attaquer les auteurs des propos homophobes les visant. "C’est la première fois que nous sommes confrontés à une homophobie avérée et flagrante" expliquent-ils à Nice-Matin, qu'ils remercient pour sa position ferme à ce propos.

Une homophobie qui les a cueillis au milieu de leur bonheur, alors qu'ils étaient encore "dans le tourbillon de l'émotion et l'amour du mariage". Pour autant Vincent, 39 ans, dans l’éducation nationale et Aurélien, 36 ans, navigant commercial chez Air France, assurent que "ces comportements et cette action n’entachent pas notre bonheur. Ils le renforcent. (...) Nous sommes fiers de ce que nous sommes, nous sommes des humains".

Les deux amoureux se sont entourés du centre LGBT de Nice, l’association "Stop homophobie" et "Urgence homophobie", pour préparer leur dépôt de plainte. "L’homophobie n’est pas une opinion, c’est un délit et nous entendons le faire respecter", ont-ils affirmés. Aurélien et Vincent sont également en contact avec la conseillère municipale niçoise Catherine Chavepeyre, chargée de la Prévention de la délinquance et aide aux victimes. L'objectif : monter un dossier sérieux pour être sur de pouvoir mener le combat jusqu'au bout. "Ceux qui ont posté les commentaires ? Nous avons l’espoir qu’ils évoluent et puissent avancer dans la vie, dans l’amour et le respect de l’autre. Ils ne nous inspirent rien. Nous n’avons ni haine ni pitié", témoignent les jeunes mariés. "Nous espérons que leurs propos seront punis par la loi et que cela les fera réfléchir." 

Voir aussi

Les lecteurs appelés à aider pour la modération

Nice-Matin assure s'efforcer de modérer les commentaires régulièrement, sans pour autant pouvoir être sur tous les fronts toute la journée. Une problématique partagé par la plupart des médias présents sur les réseaux sociaux : faisant face chaque jour à un flot de commentaires haineux, certains peuvent échapper à la vigilance de nos équipes. Le quotidien sudiste appelle donc ses lecteurs en renfort. "Si vous voyez des propos choquants, n'hésitez pas à nous les signaler. Nous ferons le nécessaire", promet le journal, qui félicite par ailleurs ceux ayant spontanément rabroué les auteurs de commentaires déplaisants.

Nice-Matin à également réitéré ses vœux de bonheur aux mariés "quel que soit leur couleur de peau, confession, origine, tenue, genre ou orientation sexuelle". Des vœux partagés par la rédaction de LCI !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter