Confinement : ces retraités qui ne peuvent plus arrondir leurs fins de mois

Confinement : ces retraités qui ne peuvent plus arrondir leurs fins de mois

CRISE SANITAIRE - En France, près de 600.000 personnes continuent de travailler en étant en retraite pour arrondir leurs fins de mois. Un complément de revenu dont beaucoup sont privés avec le confinement.

Les seniors aussi pâtissent du manque d'activité en cette période de confinement. À 63 ans, Gérard Duc doit s'adonner au même rituel tous les matins : il scrute sur son ordinateur les sites de recherches d'emploi pour tenter d'exercer une activité et s'assurer un complément de revenu. Sans succès. "J'ai actuellement une retraite nette de 1800 euros par mois et j'arrivais à me faire avec les boulots à côté 700-800 euros par mois, ce qui me faisait un bon complément", confie le retraité.

Désormais, ce sexagénaire peine à trouver des annonces pour les métiers de bouche. Et il peut dire adieu à ses quelque 800 euros de manque à gagner : comme il touche une pension, il n'a droit à aucune aide supplémentaire de l'Etat pendant le confinement. Une situation qui concerne tous les retraités actifs de France, que leur perte d'activité soit partielle ou totale.

Toute l'info sur

La France sort progressivement de son deuxième confinement

"Ça m'oblige à aller prendre des risques et à travailler plus"

A 74 ans, André Dubois a quant à lui repris le volant de son taxi pour compléter sa retraite de 875 euros. Mais depuis le reconfinement, il tourne presque à vide du fait du manque de clients et comptait donc sur l'Etat pour compenser ce manque à gagner, via une aide de 1500 euros permise par le fonds de solidarité. Mais cette contribution a un coût pour le retraité actif. 

"Si on la reçoit, on nous retire le montant de notre retraite dessus. Je la reçois d'une main et d'un autre côté on me la retire, c'est comme si je n'en avais pas", déplore André Dubois. À cela s'ajoute les frais fixes qui, contrairement au premier confinement, ne seront pas suspendus. "On est déjà à 1600-1700 euros de charge avant même de démarrer le mois. Cela me coûte de l'argent et surtout, ça m'oblige à aller prendre des risques et à travailler plus", regrette le septuagénaire.

Comme Gérard Duc et André Dubois, de nombreux retraités actifs se retrouvent aujourd'hui dans des situations similaires. Selon la Direction de la Recherche, des Études, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees), ce sont près de 500.000 personnes qui cumulaient une activité avec la retraite en 2018. Un chiffre en constante hausse ces dernières années et qui témoigne d'une volonté pour les seniors d'augmenter leur pouvoir d'achat :  d'après une étude de l'Insee, quelque 3% des plus de 65 ans exerçaient encore une activité professionnelle en 2017, contre 1,1% en 2006.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter