Près de 6 Français sur 10 trouvent le confinement "facile"

Près de 6 Français sur 10 trouvent le confinement "facile"
Population

SONDAGE - Selon une étude Harris Interactive pour LCI, publiée mardi 31 mars, une majorité de Français vivent assez facilement les privations liées au confinement, même s'ils sentent qu'ils l'endureront moins bien dans les semaines à vivre.

Lorsqu'il a été annoncé, lundi 16 mars, son effet sur le moral des Français était craint, aussi bien par les autorités sanitaires que par les éminences du monde de la psychiatrie. Comment la population réagirait-elle au strict confinement voulu par Emmanuel Macron ? La promiscuité, la privation de déplacement quand on vit dans de petits espaces, la forte réduction d'interactions sociales, le télétravail à la maison, la nécessité de veiller sur ses enfants, l'exacerbation des tensions et le risque accru pour les violences intrafamiliales... autant de risques induits par cette mesure décidée pour freiner la propagation du coronavirus.

Lire aussi

Une sortie de confinement fin mai pour 55% des interrogés

Mais deux semaines plus tard, une étude de l'institut Harris Interactive publiée ce mardi par LCI indique que pour 59% des Français, le confinement est encore "facile" à vivre. Un chiffre élevé, 12% allant même jusqu'à juger qu'il est "très facile" de vivre ainsi, même s'il est en retrait par rapport à la semaine passée où, d'après le même baromètre - publié le 24 mars -, les Français confinés étaient 64% à s'adapter facilement à l'expérience. Une proportion qui pourrait d'ailleurs encore baisser dans les jours à venir, puisqu'ils ne sont plus qu'une courte majorité (52%) à penser qu'il en sera de même "jusqu'à la fin du confinement". 

Ce regard sur les conditions matérielles du confinement est toutefois nuancé. En effet, parmi les personnes interrogées, l'ennui et la peur restent des mots-clés fortement associés à la situation, tout comme le manque et la solitude. Si certains se félicitent de "passer du temps avec leurs enfants", d'autres ressentent de la colère "contre ceux qui ne respectent pas le confinement" ou de "la peur au quotidien pour leurs proches". Une situation qui est amenée par ailleurs à durer plus qu'annoncé, estiment les personnes interrogées.

Alors que le Premier ministre a prolongé le confinement jusqu'au 15 avril, sans promettre que cette date serait butoir, ils sont en effet 55% à penser que cette situation ne prendra fin qu'en mai. D'autres pensent que les Français pourront recommencer à sortir entre le 15 et le 30 avril (21%) et les plus optimistes (3%) pensent qu'ils pourront reprendre en partie leur vie dès le 15 avril. Une part non négligeable (14%) croit toutefois que ce régime sera maintenu jusqu'en juin et une dernière, plus marginale et pessimiste, voit le confinement se poursuivre jusqu'à l'été (7%). 

En vidéo

Coronavirus : le confinement est prolongé pour deux semaines supplémentaires jusqu'au 15 Avril

Inquiétude, impatience et méfiance

Toute l'info sur

Nos conseils face au confinement

Consultation psy #28 - Ne pas se toucher, ce n’est pas humain !Consultation psy 27 - Travail, logement, conjoint... Vous avez envie de tout changer ? C'est normalConsultation psy#26 : que faire face à "la peur du déconfinement" ?

Des chiffres pas illogiques si on les juxtapose avec, d'un côté, la part de ceux qui pensent (52%) que le gouvernement ne délivre pas "une information sincère sur les délais de confinement". Et de l'autre, celle de ceux qui pensent que la France "disposera des conditions nécessaires pour pouvoir assurer le déconfinement" (51%). La question porte notamment sur les tests, qui doivent permettre d'évaluer et de surveiller les malades, et qui doivent être portés à 80.000 quotidiens, tous moyens confondus, à la fin du mois d'avril.

Partant de là, les Français se disent logiquement inquiets (72%) quant à la façon dont le déconfinement se déroulera. Une inquiétude qui s'accompagne de la certitude, partagée à 80%, que "le chômage augmentera en France", jugement qui vaut aussi pour 71% des sondés en ce qui concerne l'état de l'économie. Et cette contradiction apparente d'être effacée par la quasi unanimité sur l'impatience à l'idée que le confinement prenne enfin fin : un qualificatif dans lequel se reconnaissent 86% des Français interrogés.

Enquête réalisée en ligne les 30 et 31 mars 2020, sur un échantillon de 1089 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée selon la méthode des quotas.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent