"Rendez-nous la messe" : un rassemblement de catholiques interdit dimanche à Paris

"Rendez-vous la messe" : des catholiques manifestent pour le retour des messes

"RENDEZ-NOUS LA MESSE" - Plusieurs dizaines de catholiques ont réclamé le retour des messes devant l'église Saint-Sulpice à Paris vendredi soir. Un rassemblement similaire prévu dimanche a été interdit par la préfecture. Gérald Darmanin a enjoint les manifestants à respecter le confinement... sous peine d'amende.

Malgré le confinement, plusieurs dizaines de catholiques ont manifesté vendredi soir devant l'église Saint-Sulpice à Paris. Leur revendication ? Que les messes soient à nouveau autorisées par le gouvernement, même en période de confinement, afin de continuer à célébrer les cérémonies religieuses. Seuls les mariages - limités à 6 personnes - et les enterrements (lmités à 30 personnes) sont aujourd'hui autorisés. 

Comme le montrent des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, le rassemblement s'est effectué dans le calme. Les croyants sont notamment vus en train de prier genoux au sol et chapelet à la main. Et lancent d'une seule voix : "Rendez-nous la messe !"

Toute l'info sur

La France sort progressivement de son deuxième confinement

Darmanin appelle à respecter le confinement

S'ils outrepassent les mesures restrictives imposant à chacun de rester chez soi, les fidèles semblaient porter majoritairement le masque, tout en respectant la distanciation physique. 

D'autres rassemblements sont prévus ce week-end dans plusieurs villes de France, à Nantes, Bordeaux. Un appel à manifester a également été déposé pour dimanche devant Saint-Sulpice mais celui-ci a été interdit par la préfecture. En période de pandémie, "si la  liberté de manifester est préservée, elle doit se dérouler dans des conditions  sanitaires acceptables", souligne la préfecture.

Des initiatives qui n'ont pas manqué de faire réagir le ministre de l'Intérieur. Gérald Darmanin a indiqué qu'il n'hésiterait pas à "envoyer les policiers et gendarmes verbaliser" en cas "d'acte répété" de fidèles manifestant ce week-end. "Je ne souhaite pas envoyer les policiers et gendarmes verbaliser des croyants devant une église, évidemment", a-t-il souligné. "Mais, s'il s'agit d'un acte répété et manifestement contraire aux lois de la République, je le ferai dès ce week-end." 

Ce n'est pas la première fois que les catholiques manifestent depuis le début du reconfinement, malgré l'interdiction. Le 8 novembre déjà, quelque 500 fidèles s'étaient rassemblés dans le calme devant le parvis de la cathédrale de Versailles pendant une heure environ. 

Face à ces protestations, Gérald Darmanin a fait savoir qu'il recevra lundi prochain les représentants des lieux de culte afin de mettre en place, avec eux, une organisation viable en cette période perturbée.

En attendant, l'administrateur apostolique de Lyon Michel Dubost tente, lui, de calmer le jeu, appelant les chrétiens à être "patients" et à ne pas manifester. "Ne nous rassemblons pas, ni à l'extérieur, ni à l'intérieur des églises et montrons notre capacité à respecter les cadres qui nous sont donnés au nom de la santé publique."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Macron salue la mémoire de Valéry Giscard d'Estaing, dont "le septennat transforma la France"

L'application TousAntiCovid sésame indispensable pour entrer dans un supermarché ?

EN DIRECT - Covid 19 : 100.000 personnes hospitalisées aux États-Unis, un record

Bruxelles : quand la police tombe nez à nez avec un eurodéputé hongrois dans une fête libertine clandestine

Valéry Giscard d'Estaing est décédé "des suites du Covid-19"

Lire et commenter