Confinement : les commerçants demandent à rouvrir "dès le 13 novembre"

TOUS CONCERNES - De nombreuses questions se posent face aux nouvelles restrictions qui vont s'appliquer aux grandes surfaces notamment en ce qui concerne la vente de produits non-essentiels. Benjamin Cruard nous éclaire.

APPEL - Les fédérations de commerçants demandent à l'exécutif "la réouverture rapide et responsable des points de vente et des mesures de soutien" face à "la gravité de la situation économique".

"Les commerçants refusent d'être sacrifiés !" Dans un communiqué, une vingtaine de fédérations professionnelles de commerçants, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) et le Medef réclament au gouvernement de pouvoir rouvrir "dès le 13 novembre" et le sollicitent pour qu'il mette en oeuvre "de véritables mesures de soutien bénéficiant à l’ensemble de ces entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur". 

Toute l'info sur

La France à nouveau en confinement

"Nos commerces ne sont aujourd'hui pas responsables de la propagation du virus"

Contraints à la fermeture, ces professionnels disent comprendre "l’importance de la lutte contre la crise sanitaire" mais "dénoncent une décision de fermeture injuste, inéquitable et lourde de conséquences économiques, sociales et territoriales". 

Lire aussi

"Injuste car les commerces ont, depuis le 11 mai dernier, mis en place toutes les mesures permettant d’assurer la sécurité des collaborateurs et des consommateurs", poursuivent-ils. "Grâce à ces efforts, nous savons que nos commerces ne sont aujourd’hui pas responsables de la propagation du virus."

"Le succès de la lutte contre la Covid-19 repose tout autant sur l'efficacité des mesures sanitaires que sur son acceptabilité collective", plaident encore les fédérations. "Les décisions prises ne peuvent être acceptées que lorsqu'elles sont comprises et ressenties comme justes par tous".

En vidéo

SOS commerces : comment venir en aide aux commerces de proximité ?

Depuis la mise en place du nouveau confinement vendredi 27 octobre, le débat entre commerces dits "essentiels" et "non-essentiels" a pris de l'ampleur, et notamment autour de la question des librairies, écartées par le gouvernement dans la liste des établissements autorisés à recevoir du public. 

Invité du JT de TF1 dimanche soir, le Premier ministre a tenté de "rétablir l'équité" en annonçant la fermeture des rayons "non essentiels" des grandes surfaces et a répété la ligne du gouvernement : il n'y aura pas de réouverture de ces commerces de proximité dans l'immédiat. "C'est beaucoup trop tôt", a estimé Jean Castex.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 nouveaux cas mardi, la barre des 50.000 morts franchie

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter