Confinement : un homme violent dénoncé par sa compagne dans une pharmacie de Nancy

Confinement : un homme violent dénoncé par sa compagne dans une pharmacie de Nancy
Population

VIOLENCES - Deux jours après l'annonce d'un dispositif d'alerte mis en place dans les pharmacies, une femme s'est rendue dans une officine de Nancy pour y dénoncer son conjoint violent. Placé sous contrôle judiciaire, ce dernier est convoqué devant le juge en juin prochain.

Un homme a été interpellé samedi 28 mars à Nancy pour des faits de violences sur sa conjointe, après que celle-ci s'est rendue dans une pharmacie pour le dénoncer. La femme "avait entendu dire que c'était le lieu où on pouvait signaler des violences conjugales", a indiqué le procureur de la République de Nancy François Pérain. 

En effet, Christophe Castaner a annoncé jeudi 26 mars la mise en place d'un dispositif d'alerte dans les pharmacies partout en France à l'intention des femmes victimes de telles violences. Si la victime est accompagnée de son agresseur, elle pourra utiliser un nom de code, "masque 19", pour demander de l'aide, a précisé le ministre de l'Intérieur. Dans le cas présent, "la victime n'a pas eu recours à un code quelconque, elle était seule et pouvait s'exprimer librement", selon le procureur.

Lire aussi

Une convocation devant le juge en juin

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Lorsque les mesures de confinement ont été instaurées mardi 17 mars, plusieurs associations, comme le collectif Nous Toutes, se sont inquiétées d'une hausse de ces violences, et pour cause : au cours de la première semaine de quarantaine, elles ont augmenté de "32 % en zone de gendarmerie" et de "36 % à Paris", a alerté Christophe Castaner.

A Nancy, la police, contactée par la pharmacienne, a pu ainsi interpeller l'homme et le placer en garde à vue. La victime, enceinte de 5 mois, a alors raconté dans sa déposition avoir été giflée par son compagnon qui le menaçait d'un couteau. Elle a également mentionné "avoir été violentée à trois reprises" au cours des mois de février et mars, ce que confirme une voisine du couple. 

L'homme a reconnu avoir déjà giflé sa compagne et a été placé sous contrôle judiciaire, assorti d'une interdiction de la contacter et de l'approcher. Une convocation l'attend devant le tribunal correctionnel de Nancy le 5 juin prochain.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent