Plan de relance : en fait-on assez pour la consommation des ménages ?

Plan de relance : en fait-on assez pour la consommation des ménages ?

POUVOIR D'ACHAT - Jean Castex présente jeudi les grandes lignes du plan de relance économique d'un montant de 100 milliards. Certains économistes et syndicalistes s'inquiètent de mesures trop timides pour relancer la consommation des ménages, qui ont accumulé des milliards d'euros d'épargne durant la crise.

Le gouvernement se rend au chevet des entreprises, mais a-t-il suffisamment pensé aux ménages ? Alors que Jean Castex doit présenter jeudi les grandes lignes d'un plan de relance à 100 milliards d'euros destinés à sortir le pays de la crise économique et sociale consécutive à l'épidémie de coronavirus, des syndicalistes et économistes s'inquiètent d'un déséquilibre des mesures qui se ferait au détriment des consommateurs. 

"Concernant les ménages, je crains que les plus précaires ne soient oubliés", estimait ainsi lundi le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, dans un entretien au Monde. "Des mesures ont été prises pendant et après le confinement, mais il faut amplifier l’effort en direction des plus modestes, par exemple via des 'chèques relance'. Dans la même veine, Christophe Ramaux, membre des Economistes atterrés, évaluait lundi sur France Info le montant du soutien aux plus modestes à 800 millions - sur les 100 milliards - et proposait lui aussi la création d'un chèque de 1000 euros pour 30% des ménages les plus précaires (moins de 1400 euros par mois), afin de leur permettre d'acheter des produits français, financé par une imposition exceptionnelle sur le patrimoine des plus aisés. Un scénario qui ne semble pas d'actualité dans le plan actuel. 

En mai dernier, le mouvement LaREM avait, par l'entremise de son délégué général Stanislas Guérini, lui-même proposé un "chèque déconfinement" d'un montant de 400 euros, pour les ménages les plus précaires. Enfin, parmi les économistes consultés par Bercy en amont de la présentation du plan, certains ont estimé auprès des Echos que les sommes actuellement envisagées pour les ménages les plus modestes risquaient d'être insuffisantes. "Peut-être que ce plan va se révéler insuffisant dans trois mois, notamment en ce qui concerne les dépenses sociales", estimait ainsi Xavier Ragot, président de l'OFCE, tout en soulignant la "cohérence" globale du plan de relance qui va être présenté. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Lire aussi

Quelles mesures pour les ménages ?

Des mesures avaient déjà été prises dans le cadre du plan d'urgence décidé au début de la crise sanitaire, à l'image de la prolongation des chèques énergie destinés à aider les ménages à payer leurs factures. 

Le plan de relance comprendra aussi des dispositifs "au bénéfice des ménages", a assuré Olivier Dussopt, lundi sur BFM Business. Le ministre délégué aux Comptes publics a notamment cité un élargissement des mesures en faveur de la rénovation des logements, des dispositifs d'accompagnement de la reconversion du parc automobile ou encore le financement du dispositif d'activité partielle de longue durée pour limiter la hausse tant redoutée du chômage. 

Parmi les mesures déjà connues du plan de relance en faveur du pouvoir d'achat figure, pour un montant chiffré à 20 milliards d'euros, les futures aides à la dépendance, le soutien au secteur de la santé ainsi que des dispositifs destinés à stimuler l'intéressement des salariés dans les entreprises. Les mesures comprennent également un plan de 20 milliards pour soutenir l'emploi des jeunes, avec notamment une aide de 4000 euros aux entreprises pour l'embauche d'un jeune de moins de 25 ans, pour une durée minimum de trois mois. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite à Paris maintiennent leur appel

EN DIRECT - Covid-19 : la décrue se poursuit à l'hôpital, moins de 4400 malades en réanimation

EN DIRECT - "Excusez-moi, je me rends" : les détails de la reddition du fugitif des Cévennes

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

Retarder l'administration de la deuxième dose du vaccin Pfizer améliore l'immunité, selon une étude anglaise

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.