L’école peut-elle refuser d'accueillir un enfant enrhumé ? Le 20H vous répond

L’école peut-elle refuser d'accueillir un enfant enrhumé ? Le 20H vous répond
Population

PRATIQUE - Chaque soir, le JT de TF1 se penche sur les interrogations des téléspectateurs dans sa rubrique "Le 20H vous répond". Au menu du jour notamment : l’école peut-elle refuser mon enfant s’il est enrhumé ?

Depuis le début du confinement, le JT de TF1 passe chaque soir au crible les interrogations des téléspectateurs dans "Le 20H vous répond". L’école peut-elle refuser mon enfant s’il est enrhumé ? L’employeur doit-il prendre des mesures spécifiques pour les personnes vulnérables ? Mon employeur peut-il m’interdire de prendre les transports en commun ? Garance Pardigon répond à ces questions, sur le plateau de Gilles Bouleau, dans la vidéo en tête de cet article.

L’employeur doit-il prendre des mesures spécifiques pour les personnes vulnérables ?

La réponse à cette question, que tous les parents peuvent se poser en cette rentrée, est oui, c'est possible. Surtout si l'enfant a de la fièvre ou une mauvaise toux : l'enseignant peut craindre un cas de COVID-19 et le refuser, ou vous demander de venir le récupérer en urgence. 

Dans un document évoquant "les précautions à prendre avant de conduire son enfant à l’école", le ministère de l'Education nationale appelle ainsi les parents à "surveiller l’apparition de symptômes chez leurs enfants notamment par la prise de température avant le départ pour l’école". Et "en cas de symptômes évocateurs du Covid-19 ou de fièvre (38°C ou plus), l’enfant ne doit pas se rendre à l’école et les parents prennent avis auprès du médecin traitant qui décide des mesures à prendre". Le meilleur moyen d'éviter un tel cas de figure, c'est en effet d'anticiper et de consulter un médecin avant de remettre l'enfant à l'école : vous aurez la confirmation qu'il peut oui ou non cotoyer ses camarades. 

Vous êtes libre d'aller au travail comme vous voulez

L’employeur doit-il prendre des mesures spécifiques pour les personnes vulnérables ? Clémence Pardigon rappelle que depuis le 1er septembre, ces derniers sont tenus de se rendre physiquement sur leur lieu de travail. En contrepartie, leur employeur est tenu de prendre en compte leur vulnérabilité et de prendre des mesures complémentaires, qui peuvent aller jusqu'au réaménagement de l'espace de travail : il peut par exemple attribuer un bureau individuel ou encore installer des plexiglaces entre la personne vulnérable et ses collègues. A défaut, elle peut exercer son droit de retrait, voire se retourner contre son entreprise en cas de contamination.

Mon employeur peut-il m'interdire de prendre les transports en commun pour me rendre au travail ? Pourquoi pas, s'il vous prête une voiture de fonction ou qu'il vous rembourse les frais taxi... En d'autres termes, qu'il vous propose une solution équivalente. Sinon, vous êtes libre d'aller au travail comme vous voulez, cela fait partie de votre vie privée. La seule chose qu'il peut vous imposer, ce sont des horaires décalés pour que vous évitiez l'affluence dans les transports.

Toute l'info sur

Le 20h

Les questionnements restant nombreux, cette rubrique continuera d’accompagner le public tout au long de la période du déconfinement. Si vous avez vous-même une question, vous pouvez la poser sur les réseaux sociaux avec le hashtag #le20HVousRepond, ou directement par mail à une adresse dédiée : le20Hvousrepond@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent