Coronavirus : à Lourdes, un pèlerinage de l'Assomption très encadré

Coronavirus : à Lourdes, un pèlerinage de l'Assomption très encadré
Population

RELIGION - Les célébrations de l'Assomption, qui attirent d'habitude jusqu'à 25.000 pèlerins à Lourdes, sont particulièrement réduites ce samedi.

Une Assomption sous le signe du coronavirus. Épidémie oblige, Lourdes s'apprête à vivre des célébrations un peu particulières en ce samedi 15 août. L'accès à ce lieu de pèlerinage chrétien – l'un des plus importants au monde – est en effet scrupuleusement réglementé : la jauge est limitée à 10.000 personnes, et le masque est obligatoire.

"Nous pourrons accueillir 5.000 pèlerins dans la basilique Saint-Pie X et 5.000 dans le reste des sanctuaires", en raison de la pandémie de coronavirus, a détaillé Vincent Cabanac, directeur du Pèlerinage national. Et de préciser : que la grotte reste accessible : "comme c’est vaste, on peut déambuler comme on le fait d’habitude".

Lire aussi

Interdiction de poser la main ou embrasser les parois de la grotte

Toute l'info sur

Vacances d'été : l'ombre du coronavirus

Autre particularité de cette 147e édition du pèlerinage : il n'y a aucun train médicalisé, permettant de faire venir des contingents de malades. "C’est un crève-cœur de ne pas accueillir ces malades, les trains ont dû être annulés. Mais on ne les oublie pas. Même s’il est largement diffusé, à la radio, à la TV, sur internet, ce n'est pas un pèlerinage virtuel, il est réel", a souligné le directeur du Pèlerinage National. 

D'autres règles ont été imposées à ceux qui ont fait le déplacement : les pèlerins ne pourront pas poser la main ou embrasser la pierre des parois de la Grotte où, selon la tradition catholique, la Vierge Marie est apparue à Bernadette Soubirous en 1858. Ni prendre un bain ou s’immerger dans les piscines, en quête de guérison miraculeuse.

Fait rare, le pape François a dépêché son bras droit à Lourdes pour le pèlerinage, le secrétaire d'Etat Pietro Parolin, qui préside les célébrations, "un appui dans un contexte difficile", salue Mgr Ribadeau Dumas. Après une fermeture de deux mois pendant le confinement, les sanctuaires de Lourdes (Hautes-Pyrénées) reprennent en effet difficilement leur activité. Les grands contingents de pèlerins étrangers manquent à l'appel et de nombreux hôtels et boutiques de souvenirs restent fermés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent