Coronavirus : confinée dans sa cabine, une Française raconte son quotidien à bord du Diamond Princess

Coronavirus : confinée dans sa cabine, une Française raconte son quotidien à bord du Diamond Princess
Population

Toute L'info sur

Coronavirus : l'épidémie meurtrière qui inquiète la planète

JAPON - Linda Vittori et son mari font partie des quatre Français placés en quarantaine, sur le paquebot de croisière Diamond Princess, au Japon. Cette retraitée résidente de Nouvelle-Calédonie raconte le quotidien à bord du paquebot.

Depuis le 3 février dernier, Linda Vittori et son mari vivent cloîtrés dans leur cabine de croisière. Tous deux se trouvent sur le Diamond Princess, le paquebot bloqué dans le port de Yokohama au Japon à bord duquel 174 personnes ont contracté le nouveau coronavirus. Si les 174passagers malades ont été évacués, il reste plus de 3600 passagers à bord, dont quatre Français. 

Elle dépeint un quotidien pas si simple, à bord de ce navire. "Nous sommes confinés dans nos cabines, les repas sont livrés en room-service. Dès que nous ouvrons la porte, nous avons obligation de porter le masque : c'est vraiment 'bonjour - bonsoir', on attrape le plateau et on le ressort. Quotidiennement, on prend notre température et la règle est qu'au dessus de 37,5 degrés, il faut le signaler au médecin de bord", raconte la passagère. 

Lire aussi

Ce quotidien est rythmé par les annonces de l'équipage. "Nous avons mis de nouvelles vidéos en ligne pour garder votre esprit éveillé", peut-on entendre par un haut-parleur, sur le pont du bateau. Linda elle, fait des mots croisés, du sudoku, pour passer le temps. "On fait du sport, on sautille dans notre chambre, on fait des exercices et la journée s'écoule comme ça", rit-elle. A bord, télévision et internet sont en utilisation illimitée. 

Les plus chanceux ont une cabine avec balcon. Quelques mètres carrés en plus qui permettent de prendre l'air et voir l'horizon. Ces chanceux peuvent même apercevoir les messages de soutien des habitants de Yokohama qui, à tour de rôle, se relaient pour adresser des messages inscrits sur des banderoles, aux passagers. Des marques de soutien, sans doute bienvenues, d'autant que le confinement est prévu jusqu'au 19 février prochain. 

Voir aussi

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé suivre la situation avec "la plus grande attention", en lien avec le consulat de France à Tokyo. Celui-ci a "pris contact" avec les quatre ressortissants et est "en relation avec les autorités japonaises ainsi qu'avec la compagnie de croisière". 

Après quatorze jours de croisière, le cauchemar du Diamond Princess a commencé le 3 février lorsqu'un passager de 80 ans, débarqué du navire à Hong Kong quelques jours plus tôt, a été détecté positif. Depuis, quelque 3.600 personnes, passagers et membres d'équipage, de dizaines de nationalités différentes, sont confinées à bord pour au moins quatorze jours, le temps d'incubation de la maladie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent