"C'est surréaliste" : la reprise de l'école à l'heure du déconfinement en dix photos

Description du sujet digitial
Population

ENSEIGNEMENT À (BONNE) DISTANCE - Environ 1 à 1,5 million d'enfants ont repris mardi le chemin de l'école, un redémarrage limité et progressif, dans un cadre sanitaire très strict destiné à apaiser les craintes de nouvelle flambée du coronavirus. Voici 10 photos qui illustrent l'ambiance inédite de cette "rentrée."

Ce sont des photos prises en école maternelle et primaire qui interpellent, forcément, le regard. Prises ce mardi, elles rendent compte du climat dans les écoles en France où environ un million d'enfants ont retrouvé les salles de classe dans des conditions sanitaires pour le moins drastiques afin d'éviter un regain de l'épidémie qui a plus de 26.000 morts dans notre pays.

Avec cette décision de réouverture des écoles, le gouvernement entend poursuivre la levée progressive du confinement, qui a débuté lundi sans accroc majeur par la réouverture de nombreux commerces et la fin de restrictions de déplacement imposées aux Français depuis 55 jours. Mais cette mesure ne va pas sans craintes de la part des enseignants comme des familles.

Strict protocole

Ainsi, partout, en France, la réouverture s'organise avec le respect des distances sanitaires comme ci-dessous devant l'école élémentaire Jean-Jaures à Cenon, près de Bordeaux. 

Dans cette école de La Grand Croix,  près de Saint-Etienne, les élèves se sont fait offrir une casquette visière par la mairie.  Le port du masque n'est pourtant obligatoire que pour les seuls enseignants.  Avec leurs casquettes à visière rouge, à rapporter chez eux pour être nettoyées, "les garçons m'ont dit avoir l'impression de ressembler à Super  Mario", explique le maire de La Grand-Croix, Luc François, à l'AFP. Ce cadeau de bienvenue de la municipalité aux élèves des deux écoles publiques et à l'école privée de cette ville de 5.000 habitants de la Loire, s'ajoute au masque en tissu offert à chaque habitant et au masque chirurgical jetable fourni pas l'Éducation nationale. 200 visières ont été fabriquées.

Autre singularité de cette reprise des cours dans les écoles : le lavage des mains, comme ici à l'école primaire de la Trinité à Groix (Morbihan). Lavage de mains avant d'entrer en classe, avant et après les repas et avant de partir.

A Bruz (Ille-et-Vilaine), près de Rennes, ancien "cluster" de coronavirus, l'ambiance était feutrée mardi matin pour une drôle de rentrée, selon une journaliste de l'AFP présente sur place. Leur enfant à la main, quelques parents cheminent dans la cour, vers la grande section de maternelle d'Anne Bourreau en suivant des flèches au sol. 

"C'est surréaliste, ce n'est pas du tout dans l'ADN de la maternelle d'avoir des enfants qui se tiennent espacés les uns des autres"- Grégory Bouvier, directeur d'école à Champ l'Evêque

"C'est surréaliste, ce n'est pas du tout dans l'ADN de la maternelle d'avoir des enfants qui se tiennent espacés les uns des autres, restent assis à leur table et ne partagent pas d'objets", reconnaît Grégory Bouvier, le directeur de l'école maternelle du Champ l'Evêque, qui accueille habituellement 174 enfants. 

Lire aussi

Récréation sous haute surveillance

Et dans la cour de récré, comment ça se passe ? Des photos révélées ce mardi suscitent bien des réactions, notamment sur les réseaux sociaux où les internautes partagent leur étonnement, sinon leur émotion, à la vision de ces enfants jouant en solitaire, dans des cases, éloignés les uns des autres. 

A l'école primaire de Placieux à Villers-les-Nancy, les enseignants qui portent des masques de protection se tiennent debout tandis que les élèves jouent à distance...

Ou alors font la queue, avec la même distance réglementaire et hélas nécessaire.

A Paris, à l'Institut Sainte-Geneviève, les marquages au sol permettent aux élèves , la aussi, de garder leurs distances.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des conditions exceptionnelles pour une réouverture encore controversée dans l'Hexagone. Les syndicats dénoncent une décision "prématurée" et rappellent que le conseil scientifique chargé d'éclairer le gouvernement s'était lui-même prononcé pour la fermeture des établissements jusqu'en septembre. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent