Covid-19 : Emmanuel Macron exclut un reconfinement généralisé, mais qu'en pensent les spécialistes ?

Covid-19 : Emmanuel Macron exclut un reconfinement généralisé, mais qu'en pensent les spécialistes ?

CORONAVIRUS – Face à la reprise de l’épidémie, Emmanuel Macron annonce dans Paris Match qu’il n'envisage pas de replonger la France dans un confinement généralisé. Il mise sur des confinements locaux, dans des zones où le virus serait fortement actif, une annonce qui divise les spécialistes.

"On ne peut pas mettre le pays à l’arrêt, parce que les dommages collatéraux d’un reconfinement sont considérables." Interrogé sur la situation dans une interview à Paris Match, Emmanuel Macron ne s'en cache pas : tout doit être fait pour éviter un reconfinement généralisé du pays. Plutôt que ce scénario radical, le président de la République souhaite privilégier des "reconfinements ciblés", dans des zones où le virus circulerait activement, et "si la situation l’imposait".

Toute l'info sur

La France à l'épreuve des variants du Covid-19

Les dernières actualités sur la pandémie

Le reconfinement généralisé, un scénario évoqué

Reste que les avis divergent. Bruno Mégarbane, chef de service réanimation médicale et toxicologique de l'hôpital Lariboisière, n’exclut pas un reconfinement général de la France. "Si les choses ne sont pas appliquées correctement, on risque d’avoir un rebond épidémique comme on l’a connu en mars et en avril", fait valoir le médecin. Pour lui, il en va de la survie des hôpitaux, "face au débordement du système de soin, il n’y aura plus qu’une seule solution, c’est le confinement"

Lire aussi

Une position partagée par le Conseil scientifique, qui, début juin, rendait un rapport sur les scénarios possibles pour l’après-confinement et l’évolution du virus. Il évoquait alors la mise en place d’un confinement localisé pour "limiter la circulation des individus résidant dans le territoire identifié" et "renforcer de façon importante les mesures barrières dans ce territoire". Mais pas seulement, n'écartant pas l'idée d'un "confinement national généralisé, permettant de minimiser la mortalité directe".

"On est au-delà du délire"

D'autres voix, elles, soutiennent en revanche l'hypothèse émise par le chef de l'Etat. C'est notamment le cas de l’épidémiologiste et chercheur à l’Inserm, Laurent Toubiana, invité de LCI ce jeudi. S'interrogeant quant au "fondement scientifique" d'un confinement généralisé, il estime même que le ciblage aurait dû être adopté dès le début : "C’est incohérent d’avoir mis en place un premier confinement qui a bloqué tout le pays et maintenant on nous dit que c’est plus utile. Je me demande simplement si cette décision n’aurait pas dû être mise en place avant." 

En vidéo

Reconfiner, option définitivement écartée ?

Rassurant, Laurent Toubiana estime d'ailleurs que la France n’est pas en pleine seconde vague du Covid-19, malgré la dégradation de certaines données. "Il y a un brassage de population, dû aux vacances, et la deuxième vague n’a pas eu lieu", allant jusqu’à déclarer que les propos de Brunon Mégarbane vont "au-delà du délire"

"Ce n’est pas un rebond inquiétant", assure le chercheur. "Ces cas se sont le plus souvent des cas asymptomatiques, des gens testés, qui sont porteurs du virus, mais qui ne sont pas pour autant malades." 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La vaccination des soignants est "une exigence éthique", selon l'Ordre des médecins

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter