Coronavirus - "Ce sera quasiment impossible à gérer" : le maire de Cabourg s'inquiète d'"arrivées massives"

Coronavirus - "Ce sera quasiment impossible à gérer" : le maire de Cabourg s'inquiète d'"arrivées massives"
Population

POINT DE VUE - Comme beaucoup d’autres petites communes, la ville de Cabourg (Calvados) voit arriver depuis deux jours de nombreux habitants de grandes métropoles. Ce qui n’est pas sans poser de problèmes. Le maire explique à LCI.

Avec l’annonce du confinement, c’est un phénomène que l’on a observé depuis le début de la semaine : un exode des grandes villes vers les provinces, les bords de mer, les lieux de villégiature. Nombre de Parisiens et habitants des grandes villes craignent de se retrouver enfermés dans leur petit appartement et se réfugient, soit vers leurs maisons secondaires, soient des résidences louées pour l’occasion. 

A Cabourg, le maire Tristan Duval (Divers droite) raconte à LCI avoir vu arriver ces évadés : "Nous avons vu ce phénomène s’amplifier depuis deux jours, avec des arrivées massives" de gens qui investissent leur résidence secondaire, mais aussi "de gens qui ont  réservé des meublés et sont arrivés massivement hier soir, un peu comme si les vacances de Pâques avaient quelques semaines d’avance", raconte-t-il à LCI.

Lire aussi

Sauf que cette nouvelle n’est pas vraiment bonne pour cette petite commune d’à peine 4.000 habitants, nichée sur les côtes normandes. "Cela va compliquer beaucoup de choses, car nous ne sommes pas du tout structurés pour les accueillir, côté structures ou infrastructures", commente le maire. "Cela pose même des problèmes sur le plan blanc départemental, qui est calibré sur des populations à l’année, et pas du tout sur des populations qui viennent sur des périodes très, très courtes." 

Des impacts qui vont jusqu'à de la logistique très concrète : "Cela nous oblige demain à réorganiser le marché extérieur, mais aussi à multiplier les rondes car ils vont avoir tendance à se croire en vacances, et c’est d’ailleurs déjà le cas. J’en appelle aux responsabilités : la plage est un lieu public interdit, et les promenades en bord de mer également."

Face à cela, la mairie tente de multiplier les communications à destination des habitants et des nouveaux arrivants qui ne sont pas vraiment accueillis à bras ouverts. "Nous avons commencé depuis hier à multiplier les affiches dans la ville, nous avons une voiture équipée, des caméras qui sont sur la promenade et permettent de constater les infractions", commente le maire. "Nous allons faire de la pédagogie mais il y aura très vite des sanctions si cela s’amplifie." Car en effet, la météo très clémente fait souffler un "sentiment très particulier avec une ville fermée, mais avec un sentiment de villégiature."

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Pour autant, maintenant que le message est passé, le maire ne déclare pas la guerre aux nouveaux venus. "On leur a dit qu’on ne pourrait pas accueillir tout cela en même temps, que la ville n’a pas l’infrastructure pour gérer tout cet épisode, cet afflux massif. Mais il faut faire cela en bonne intelligence, ceux qui ont des maisons et des jardins ont cette chance, qu'ils puissent en profiter, on peut comprendre, mais si on se retrouve avec des arrivées massives, ce sera quasiment impossible à gérer."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent