Coronavirus : se rendre à un enterrement est interdit, rappelle Edouard Philippe

Coronavirus : se rendre à un enterrement est interdit, rappelle Edouard Philippe
Population

CONFINEMENT - Lors d'un entretien à France 2, Edouard Philippe a rappelé ce mardi 17 mars les règles à respecter en matière de confinement. Se rendre à un enterrement, par exemple, est formellement interdit, a-t-il expliqué.

En ce premier soir de confinement national, le Premier ministre, en direct sur Facebook depuis Matignon, a répondu aux questions de plusieurs Français, sélectionnées par France 2. Parmi les réponses apportées par Edouard Philippe, l'une a particulièrement retenu l'attention, voire provoqué la surprise. 

A la téléspectatrice qui s'interrogeait sur la possibilité de se rendre à l'enterrement d'un ami, décédé il y a 48 heures, le chef du gouvernement a répondu par la négative : "Ce que je vais dire est terrible à entendre pour la téléspectatrice qui pose cette question mais je me dois d'être à la hauteur des fonctions que j'occupe, donc je vais répondre non." 

Avant de poursuivre, conscient de la "dureté" de ses propos : "Nous devons limiter au maximum nos déplacements. Même dans ces circonstances, nous ne devons pas déroger à la règle fixée." Celui ou celle qui contreviendrait à ces mesures est passible du paiement d'une amende de 135 euros, seul montant fixé dès mercredi. 

Lire aussi

L'interdiction surprend sur Twitter

Sur Twitter, la réponse apportée par le Premier ministre a ému et choqué des internautes, certains se retrouvant dans cette situation douloureuse, d'autres dénonçant l'hypocrisie d'avoir été autorisé à voter il y a seulement deux jours. "On ne peut assister à l'enterrement d'un proche. Pourtant le dimanche d'avant on pouvait voter. Que comprendre ? Sur quel avis scientifique repose cette contradiction ?" s'interroge Raymond C. par exemple. 

Pour rappel, les seuls déplacements autorisés depuis ce mardi midi, et pour 15 jours minimum, sont ceux pour se rendre au travail (si le télétravail n'est pas possible), pour se rendre auprès d'un professionnel de santé, se déplacer pour la garde de ses enfants, pour aider les personnes vulnérables, faire de l'exercice physique, ou bien pour faire ses courses.

Les Italiens condamnés au même sort

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

En Italie, qui vit le confinement national depuis une semaine maintenant, les enterrements sont aussi strictement interdits. Mardi 10 mars, 48 personnes ont été verbalisées dans les rues de Porto Empedocle (Sicile) pour avoir suivi un cortège funèbre. Selon les médias italiens qui ont relaté l'affaire, le parquet d'Agrigente doit engager des poursuites pénales contre les personnes concernées, qui risquent jusqu'à trois mois d'emprisonnement et 206 euros d'amende. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent