Non-respect du confinement : une maire de l'Essonne incite à la délation

Non-respect du confinement : une maire de l'Essonne incite à la délation

DÉNONCIATION - Dans l'Essonne, la maire LR de Montgeron incite ses habitants à dénoncer les personnes qui ne respecteraient pas le confinement. Elle cible, en particulier, les regroupements dans les halls et les cages d'escalier de deux quartiers populaires.

Toutes les méthodes sont bonnes pour faire respecter le confinement... ou presque. À Montgeron, dans l'Essonne, la maire LR Sylvie Carillon en a fait l'amère expérience. Le Parisien rapporte que l'édile, récemment réélue en mars lors des élections municipales, a fait afficher des notes dans les halls d'immeubles et cages d'escaliers de deux quartiers populaires, l'Oly et la Forêt. Le papier officiel, signé de sa main, revient sur la crise sanitaire et rappelle les règles de base du confinement. 

Mais, dans ce document, un paragraphe incite les habitants à dénoncer à la police municipale ou nationale tout contrevenant. "Si vous êtes témoins du non-respect du confinement, je vous invite à le signaler à la police municipale ou nationale (en composant le 17) afin que les forces de sécurité puissent intervenir dans les meilleurs délais", affirme la municipalité. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Certains habitants ne dorment plus- Sylvie CARILLON, maire de Montgeron

Un appel à la délation condamné par Cécile Ciéplinski, conseillère municipale (DVG), selon qui "la ligne rouge a été franchie". "Je suis d'accord avec 90 % de cette note, mais ce paragraphe n'est pas acceptable. Un rectificatif doit être fait", a-t-elle demandé dans une lettre ouverte à la majorité. "Ce message risque d'exacerber les tensions dans les quartiers. Les forces de l'ordre pourraient se retrouver submerger par des appels calomnieux qui donneraient lieu à des conflits de voisinage."

En vidéo

Confinement : les actes de délation se multiplient

En réponse à la levée de boucliers, la maire Sylvie Carillon a justifié le paragraphe incriminé en rappelant sa volonté de limiter les rassemblements "dans les cages d'escaliers". Selon l'élue, les habitants sont "traumatisés" et "à cran". "J'ai voulu signaler aux habitants de ces deux quartiers qu'ils ont aussi le droit de faire intervenir la police. Certains ne dorment plus. Dans les cages d'escalier, ils peuvent être une quinzaine à se regrouper tous les jours jusqu'à parfois deux heures du matin."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le variant britannique dominant en France "entre fin février et mi-mars", selon l'Inserm

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter