Vers un durcissement du confinement en France ? Les exemples à l'étranger

Vers un durcissement du confinement en France ? Les exemples à l'étranger
Population

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

DURCISSEMENT - Alors que des voix s'élèvent en France pour faire imposer un confinement plus strict à la population, plusieurs pays ont pris des mesures plus sévères face à l'épidémie. Tour d'horizon.

Face à la propagation de la pandémie, faut-il aller encore plus loin dans les mesures restrictives ? En France, six jours après l'entrée en vigueur du confinement général de la population, des voix s'élèvent dans le corps médical mais également chez les responsables politiques pour demander un durcissement des mesures.

Vendredi 20 mars, le gouvernement français a fait savoir qu'il maintenait les règles instaurées depuis le mardi précédent, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner ayant annoncé un durcissement des contrôles sur des sites jugés encore trop fréquentés, notamment à Paris et dans les gares. Un nouvel avis du Conseil scientifique sur la question doit être transmis mardi 24 mars au gouvernement.

Localement, des municipalités ont toutefois décidé de durcir l'arsenal de mesures privatives de libertés. De nombreuses communes (Nice, Perpignan, Béziers, Montpellier, Mulhouse, Colombes, Charleville, Noeux-les-Mines, La Roche-sur-Yon, Puteaux...) ont d'ores et déjà instauré un couvre-feu sur tout ou partie de leur territoire. A Nice, Christian Estrosi envisageait d'aller plus loin lundi. "Trop de personnes ne respectent pas le confinement et les règles imposées prétextant le cas des pratiques sportives pour s’éloigner de leur domicile", a estimé le maire dans un communiqué. "Je lance un avertissement : si sous 48 heures, je constate encore des pratiques sportives inadaptées ou trop éloignées du domicile, je serai dans l’obligation d’interdire à Nice les sorties sportives."

Si le Conseil d'Etat saisi en référé a écarté dimanche 22 mars le principe du confinement total, il a enjoint à l'Etat de préciser le champ d'application de certaines dérogations, à commencer par les activités en plein air. La France va-t-elle durcir les règles imposées à la population ? De nombreux pays l'ont déjà fait. 

Lire aussi

Couvre-feu généralisé et confinement total

Si les autorités françaises ont exclu jusqu'ici l'hypothèse d'un couvre-feu sur l'ensemble du territoire, elles soutiennent les initiatives locales conduisant à cette mesure.

Dans plusieurs pays, des mesures de confinement total ont été prises, sous la forme d'un couvre-feu généralisé. C'est notamment le cas en Irak, jusqu'au 28 mars au moins, mais également au Chili. En Tunisie, le confinement total s'impose également, les sorties n'étant autorisées qu'en cas "d'extrême nécessité". 

En Jordanie, un couvre-feu permanent a également été décidé ce week-end, toute personne quittant son domicile "sauf en cas d'extrême urgence" étant passible d'une peine de prison. En Arabie saoudite, le roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud a ordonné lundi 23 mars le couvre-feu de 19h à 6h pour une durée de 21 jours.

L'hypothèse d'un confinement total s'inspire des mesures prises en février par la Chine, notamment dans les régions les plus exposées au Covid-19. Des mesures qui s'étaient accompagnées d'un contrôle très strict de la population, assorties de mesures extrêmement coercitives comme le confinement forcé des habitants et l'autorisation de sortie très limitée, y compris pour faire les courses.

En vidéo

Vers un confinement prolongé ? Qu'en pensent les Français ?

Traçage de la population

Plusieurs pays ont pris des mesures visant à imposer un suivi des cas de contamination au sein de la population, mesures qui accompagnent souvent une stratégie de dépistage massif. 

Hong Kong a ainsi imposé le port du bracelet électronique à toute personne arrivant de l'étranger, la région cherchant désormais à empêcher l'importation de nouveaux cas. A Taïwan, les personnes testées positives sont équipées d'un smartphone permettant de les tracer. Si elles quittent leur domicile, elles sont passibles d'une amende de 30000 euros et leur nom peut être publié. A Singapour, le non-respect des obligations de confinement est passible d'une peine de six mois de prison. 

A Shanghai, le dépistage est désormais obligatoire pour tous les ressortissants en provenance de pays "clés", dont la France, les nouveaux arrivants étant placés d'office en quatorzaine à leur arrivée sur le territoire.

Voir aussi

Hospitalisation d'office

Le gouvernement danois a fait voter des mesures drastiques dans le cadre d'une loi qui devra expirer le 1er mars 2021. Le texte prévoit notamment de donner aux autorités le pouvoir de contraindre un individu à se faire soigner ou à se faire isoler, mais également de rendre obligatoire un éventuel vaccin, si ce dernier est découvert ultérieurement. La nouvelle loi donne aussi la possibilité aux autorités d'interdire l'accès aux maisons de retraite, hôpitaux, supermarchés. 

Les parlementaire danois ont en revanche rejeté une mesure qui donnait le droit aux forces de l'ordre d'entrer au domicile des personnes sans mandat délivré par la justice. 

Restrictions sur les déplacements

En Italie, où le confinement général est en place depuis le 8 mars et sera prolongé en avril, la progression continue de la pandémie a poussé les autorités à durcir à nouveau les règles. Le gouvernement a ainsi décidé, à la fin de la semaine dernière, l'arrêt de toutes les activités économiques "non essentielles". 

En outre, les activités de plein air, jusqu'ici tolérées comme en France, sont dans le viseur. La région d'Emilie-Romagne a d'ores et déjà pris la décision d'interdire ces activités, qui incluent le jogging comme la simple promenade. Les déplacements n'y sont plus autorisés que pour raisons médicales, pour faire les courses ou, lorsque le télétravail est impossible, pour se rendre au travail. 

Enfin, des experts recommandent l'arrêt pur et simple des transports publics. Sun Shuopeng, chef de file de la Croix-Rouge chinoise en Italie, a ainsi estimé que les mesures prises par ce pays restaient insuffisantes. "Les gens ne portent pas de masque, et il y a encore trop de gens dehors. Les transports publics continuent de fonctionner", a-t-il souligné, jugeant que le pays devrait interrompre toute activité pour parvenir à bout de la pandémie.

Lire aussi

En France, l'hypothèse d'arrêter les transports publics a été écartée jusqu'ici, les autorités estimant qu'ils sont nécessaires pour permettre les déplacements des professions prioritaires dans la lutte contre le virus. L'offre de transports a toutefois été largement réduite, notamment en Ile-de-France.

Durcissement des sanctions

En France, l'amende en cas de non-respect des mesures de confinement est de 135 euros (1500 euros en cas de récidive sous 15 jours, 3750 euros d'amende et six mois de prison au-delà de trois violations dans un délai d'un mois).

En Italie, l'amende initiale est de 206 euros,  avec une possible inscription au casier judiciaire, et trois mois de prison.  L'Espagne, où la promenade est interdite depuis le 14 mars, a opté pour des sanctions plus lourdes, prévoyant une échelle de 100 à 600 euros d'amende, un an de prison, et 30000 euros d'amende en cas de "désobéissance à l'autorité". 

En Autriche, le non-respect des règles est passible de 2000 à 3600 euros d'amende, et jusqu'à 30000 euros pour un restaurant qui ne respecterait pas les mesures d'interdiction. En Californie, premier Etat américain à avoir imposé le confinement, le non-respect des mesures est passible d'une amende de 1000 dollars. 

L'Allemagne, où des mesures de confinement total se mettent en place en Bavière et en Sarre, tandis que les rassemblements au-delà de deux personnes sont autorisés, la peine prévue est de 1250 euros d'amende et dix jours d'emprisonnement. 

La Norvège a pris des mesures spécifiques pour les habitants qui quitteraient leur résidence principale pour leur résidence secondaire. Pour éviter le déplacement de ces populations, une amende de 1250 euros et une peine de dix jours de prison a été prévue pour les personnes qui ne demeureraient pas dans leur résidence principale.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent