Rentrée scolaire : des médecins recommandent le port du masque pour les élèves dès 6 ans

Rentrée : des médecins recommandent le masque dès 6 ans

RECOMMANDATIONS – Dans une tribune publiée par Le Parisien, un collectif de professionnels de santé juge que "l’école n’est pas prête pour la rentrée" et publie plusieurs propositions urgentes. Parmi elles, le port du masque dès l’école élémentaire.

Alors que la rentrée scolaire approche à grands pas, plusieurs professionnels de santé partagent leur inquiétude. Dans une tribune publiée sur le site du Parisien, ils estiment que "l’école n’est pas prête". "Port du masque, aération des espaces, enseignement à distance, allègement des effectifs des classes, rien de tout cela ne sera mis en place dans l’ensemble des établissements le 1er septembre", alertent-ils.

Selon les auteurs, "le protocole prévu pour la rentrée (...) ne protège ni les personnels, ni les élèves et leurs familles, et est insuffisant pour ralentir l’augmentation actuelle du nombre de nouveaux cas". Face à ce constat, ils publient quatre propositions d’urgence pour permettre un retour en classe dans de meilleures conditions.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Le port du masque recommandé dès 6 ans

Parmi leurs propositions, le port du masque. Si les professionnels de santé se félicitent "que le ministère de l’Éducation nationale préconise le port du masque à compter de 11 ans", ils estiment que l’âge doit encore être abaissé. "Nous pensons que" le port du masque "doit être adopté dès l’école élémentaire (...) en lieu clos pour tous les élèves de plus de 6 ans", écrivent-ils dans leur tribune. Selon eux, "les enfants de moins de 11 ans sont aussi contaminants que les adolescents ou les adultes".

Ils tirent leur recommandation de l’étranger : "dans les écoles chinoises et sud-coréennes, le masque est porté dès la maternelle" et "en Espagne, en Italie et dans certains Länder allemands, il est obligatoire dès 6 ans". Les signataires demandent également à ce que les masques soient distribués aux enfants, afin "d’assurer une meilleure observance de cette nécessaire mesure de santé publique".

Lire aussi

En outre, les professionnels de santé demandent également aux autorités "d’appliquer les mesures d’aération préconisées pour les lieux clos professionnels, en s’aidant notamment d’appareils de mesure de qualité de l’air, et d’imposer des règles plus conformes aux données scientifiques". Les signataires, parmi lesquelles l’infectiologue Karine Lacombe, estiment que "l’aération d’une pièce toutes les trois heures est insuffisante".

"Rien ne semble empêcher les écoles de devenir des clusters"

Ils souhaitent également que soient mis en place "au plus vite des procédures dédiées dans les zones de forte circulation virale", notamment "l’allègement des classes en alternant présentiel et l’enseignement à distance", mais aussi des protocoles pour limiter "les contacts entre les classes" et "échelonner les récréations et la cantine".

Enfin, les professionnels de santé, pour qui "rien ne semble empêcher les écoles de devenir des clusters" avec le protocole actuel, appellent les autorités à "préciser la conduite à tenir lorsqu’un enfant ou un adulte est testé positif ou a été en contact avec un cas positif". Ils demandent l’instauration d’un "système réactif et transparent des remontées des données concernant le nombre de sujets positifs, les écoles et classes fermées, le nombre d’enfants testés, les délais des tests et des résultats".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - À l'inverse de la France, l'Autriche a décidé de rouvrir les stations de ski pour Noël

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter