Coronavirus : en cas de confinement total, quelles seront les règles et qui sera autorisé à se déplacer ?

Une rue déserte à Rennes / Photo d'illustration

PRÉCAUTIONS - Pour freiner la propagation du virus, le gouvernement pourrait encore monter d'un cran les restrictions imposées en France depuis dimanche matin. L'Italie, l'Espagne et l'Autriche ont d'ores et déjà durci les règles d'isolement. Interdiction de sortir de chez soi, formulaire à présenter aux forces de l'ordre, sanctions... tour d'horizon.

Après le stade 3, le confinement total ? L'Elysée a démenti lundi 16 mars dans la matinée les rumeurs d'un imminent confinement généralisé des Français chez eux, comme l'ont déjà décidé d'autres pays. Mais de nouvelles réunions devaient se succéder dans la journée à différentes échelles : au sommet de l'État français, au niveau européen et, à l'initiative de Donald Trump, au sein du G7.  

L'Espagne et l'Italie ont mis en place de telles mesures. Les consignes qui s'appliqueraient dans l'éventualité d'un durcissement ne sont, pour l'heure, pas connues. Contacté à ce sujet par LCI ce lundi matin, le ministère de l'Interieur a répondu que la question était prématurée. Si cette option était néanmoins prise, à l'échelle de la France (ou au sein des seules régions Grand-est et Ile-de-France, comme cela a été évoqué par le Journal du dimanche), à quoi pourraient ressembler les mesures ?  

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Ces restrictions, si elles sont décidées, pourraient par exemple se traduire en France par la prise d'un nouvel arrêté ou décret instaurant un confinement partiel ou total et impliquant : 

• Une interdiction totale de sortir de chez soi sauf pour aller travailler (quand le télétravail est impossible) ou pour des raisons de première nécessité (faire ses courses alimentaires, se soigner). 

• L'instauration d'un couvre-feu le soir 

• La surveillance du respect de ces consignes par les forces de l'ordre, chargées de vérifier la véracité des raisons invoquées, et un appel en renfort de l'armée (notamment des militaires du plan Vigipirate) pour assurer la sécurité des concitoyens. 

Pour rappel, depuis le passage au stade 3, les commerces essentiels à la vie des concitoyens restent ouverts : magasins alimentaires, pharmacies, banques, stations essences, bureaux de tabac-presse, hôtels (mais pas restaurants) et... magasins de bricolage. Mais la consigne de rester au maximum chez soi ayant été respectée avec une rigueur toute relative ce dimanche (parcs, jardins, berges très fréquentés en famille ou entre amis du moins à Paris), il ne serait pas illogique que le gouvernement prenne de nouvelles mesures pour limiter davantage les contacts entre la population.  

En vidéo

Coronavirus : quels changements amène le passage au stade 3 ?

En Espagne, des drones pour rappeler à l'ordre ceux qui sortent de chez eux

En Espagne, deuxième pays d'Europe le plus touché après l'Italie, l'état d'alerte a été décrété samedi par le gouvernement de Pedro Sanchez. Les Espagnols ont donc l'interdiction (et non la simple recommandation) pour au moins deux semaines de sortir de chez eux sauf pour des raisons impératives comme aller travailler ou acheter à manger.

Un message que les forces de l'ordre doivent rappeler, dans certains quartiers de Madrid, en avertissant les passants que la promenade était interdite. La police municipale utilise même des drones avec des haut-parleurs pour ordonner aux passants de rester chez eux. Dans plusieurs villes côtières, comme à Malaga, les plages ont même été fermées.

En Italie, un formulaire pour justifier de sortir de chez soi

En Italie, depuis le décret "Lo resto a casa" les déplacements sont considérablement limités. Les habitants ne peuvent sortir de chez eux que pour des impératifs professionnels, des situations d'urgence ou acheter à manger. Les clients entrent alors dans les commerce au compte goutte et doivent respecter une distance de sécurité. 

Formellement, un formulaire téléchargeable sur le site du gouvernement italien, doit être complété avant de mettre le nez dehors. Sans quoi, en cas de contrôle (les patrouilles de police ont été renforcées), une amende de 206 euros et trois mois de prison sont encourus. En France, en revanche, la loi ne prévoit pas de sanction pénale à l'encontre des personnes qui ne respecteraient pas une quarantaine, selon Ouest France qui rappelle cependant que "le Code de la Santé publique prévoit que le ministre de la Santé puisse prendre toute mesure proportionnée par arrêté." 

Lire aussi

En Autriche, l'interdiction de se retrouver dehors à plus de cinq

En Autriche, outre la limitation des déplacements au strict nécessaire, les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits depuis dimanche. Et là aussi, il est prévu de faire contrôler ces interdictions par la police. Dans son discours, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a exhorté la population à "s'auto-isoler", insistant sur le fait que "la liberté de mouvement dans notre pays va être massivement limitée".

Et les frontières ?

Pour l'heure (mais pour combien de temps ?) la plupart des frontières au sein de l'Union européenne restaient ouvertes. Toutefois, à l'initiative de l'Allemagne,une fermeture partielle de la frontière franco-allemande a été mise en place ce lundi. Seuls les frontaliers et le transport de marchandises restent ainsi autorisés. À noter que l'Allemagne a également fermé sa frontière avec l'Autriche, la Suisse, le Danemark et le Luxembourg.

Sur le même sujet

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.