Du matériel de bricolage peut-il être considéré comme un achat de première nécessité ?

Désormais, les magasins de bricolage ouvrent surtout des systèmes de drive.
Population

À LA LOUPE – Un internaute a contacté LCI pour comprendre l'ouverture d'une enseigne de bricolage à deux pas de chez lui. S'agit-il de produits de première nécessité ? Aux yeux des autorités, oui, même si les professionnels du secteur adaptent leur activité.

Comme de nombreux internautes ces derniers jours, Alain a contacté la rédaction de LCI.fr grâce à l'adresse alaloupe@tf1.fr. "J’habite Levallois", explique-t-il en préambule, "et je me pose la question sur des achats au magasin Leclerc bricolage (à 300 mètres de mon domicile) qui est ouvert normalement". Tout juste ferme-t-il "une heure plus tôt", précise-t-il.

Alain s'interroge : "Qu’est-ce qui peut être de première nécessité à y acheter ?", "Pourquoi l’autorisation d’ouverture lui est donnée ?" Alors que les mesures de confinement doivent être respectées à la lettre pour lutter efficacement contre le Covid-19, cet internaute reste perplexe et estime que certaines enseignes feraient sans doute mieux de fermer boutique.

"Pas concernés"

Est-il légal pour les Bricorama, Castorama, Leroy Merlin et autres Brico Leclerc de poursuivre leur activité ? Oui, comme le stipule le dernier arrêté en date portant sur les fermetures de magasins. Daté du 15 mars, il précise que les musées, salles de danse ou restaurants doivent rester fermés, mais liste un certain nombre d'activités qui échappent à ces mesures. Parmi elles, on retrouve le "commerce de détail de matériaux de construction, quincaillerie, peintures et verres en magasin spécialisé", étiquette qui rassemble notamment les grandes enseignes de bricolage. 

Lire aussi

Le ministère de l'Intérieur confirme et donne quelques explications : "Les magasins de bricolage ne sont pas concernés par les fermetures obligatoires. Cela s'explique notamment par la fourniture nécessaire des exploitants agricoles, des professionnels ainsi que par la vente de nourriture pour animaux", souligne-t-il auprès de LCI. "Il est par conséquent autorisé de faire des courses de première nécessité dans les commerces qui disposent de l'autorisation d'ouverture."

Rien n'interdit donc aux marques d'ouvrir leurs magasins en cette période, à Levallois comme ailleurs sur le territoire. Néanmoins, on observe que de nombreuses enseignes ont adapté leur activité. Castorama a ainsi indiqué que "pour contribuer à endiguer le développement de la pandémie", elle a décidé "le 15 mars 2020 de fermer l’intégralité" de ses magasins. Une initiative loin d'être isolée, mais qui s'accompagne généralement de mesures alternatives.

Pour permettre aux particuliers qui doivent réparer une fuite d'eau ou qui n'ont plus aucune ampoule chez eux de ne pas rester sans solution, les grands noms du bricolage ont mis en place ou renforcé leurs systèmes de drive. Quelques milliers de références sont ainsi accessibles en ligne, et peuvent être récupérées en magasin à une plage horaire donnée. Autant que possible, les gestes barrières sont appliqués, avec notamment des produits déposés à côté du véhicule, avant que le chauffeur ne sorte pour les mettre lui-même dans sa voiture. "Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour éviter tout contact entre clients et collègues, ainsi qu'entre nos collègues eux-mêmes, en établissant de nouveaux protocoles très stricts", a par exemple indiqué sur son site l'enseigne Brico Dépot.

En vidéo

Confinement : des drives dans les magasins de bricolage

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent