Comment accueillir les vacanciers cet été ? Les pistes du secteur touristique face au coronavirus

Comment accueillir les vacanciers cet été ? Les pistes du secteur touristique face au coronavirus

ECONOMIE - Alors que la saison estivale est compromise par l'épidémie de Covid-19, les élus et professionnels du tourisme réfléchissent aux mesures qui pourraient être mises en place pour leur permettre d'accueillir les vacanciers en toute sécurité.

Le flou n'est toujours pas levé sur les vacances d'été. Les Français pourront-ils partir ? Sera-t-il possible de louer une maison à la campagne, de poser sa serviette sur la plage, de s'amuser dans un parc d'attraction ? A ce jour, aucune réponse n'a été apportée par le gouvernement. Mais pour limiter les dégâts, les professionnels du tourisme et les élus de zones touristiques s'organisent et réfléchissent aux mesures qui pourraient être mises en place pour leur permettre d'accueillir du public en sécurité cet été. Ils devront faire des propositions concrètes lors d'un comité interministériel sur le tourisme courant mai. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Parmi les plus concernés : les campings. Les mois de juillet et août génèrent 85% des 2,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel du secteur, et la France est le pays d'Europe comptant le plus d'établissements d'hôtellerie de plein air. A l'instar des cafés, bars, restaurants, les campings ne savent toujours pas quand ils pourront rouvrir, ni à quelles conditions. Mais quelques pistes sont déjà avancées, notamment des réouvertures progressives, avec "peu de services, des hébergements en quantité moindre" dans un premier temps, aboutissant à un "fonctionnement normal, avec des consignes sanitaires", a déclaré à l'AFP Nicolas Dayot, président de la Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air (FNHPA).

Protocole de désinfection des mobile-homes, distributeurs de gel hydroalcoolique...

Les professionnels réfléchissent aussi à réorganiser les flux de clients et les animations, à fixer un nombre d'enfants maximum dans les aires de jeu, à appliquer des protocoles stricts de désinfection des mobile-homes et des blocs sanitaires, à espacer l'usage des lavabos, à multiplier les distributeurs de gel hydroalcoolique.... Toutefois, certains estiment cela "pas jouable". "Si après le départ des touristes, il faut défaire entièrement le mobile-home, le désinfecter, et attendre 24 heures avant de le relouer.... Et comment faire pour la piscine? Les blocs sanitaires?", s'interroge auprès de l'AFP Joëlle Faille, la gérante d'un camping pouvant accueillir 2000 touristes à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales).

Du côté des centres de vacances, Le Figaro indique dans son édition du samedi 25 avril que le groupe Pierre et Vacances Center Parcs, qui veut être prêt pour rouvrir mi-mai, "a commandé du gel hydroalcoolique, des thermomètres pour contrôler la température des clients, des masques, des casques à visière pour le personnel, des lingettes pour désinfecter les poignées". Des infirmières seront présentes dans les centres.  

Lire aussi

Quelles règles sur les plages ?

En général pas très loin d'un camping ou d'un centre de vacances : la plage. Comment gérer les milliers de personnes qui en temps normal viennent étaler leurs serviettes sur les bandes de sable du littoral français, parfois dans une grande proximité ? Le maire de Lacanau Laurent Peyrondet estime que celles-ci doivent être accessibles à condition que les vacanciers n'y stationnent pas. "On ne va pas amener la crème solaire et rester une heure sur la serviette le 12 mai", a-t-il déclaré à LCI. Mais il souhaite que les gens puissent y marcher, y faire du sport, aient accès à l'océan. Certains proposent de limiter le temps de présence sur les plages, de le conditionner à l’obtention d’un bracelet, ou encore de scinder les accès en fonction des activités - baignade ou sports nautiques. 

Réduire le nombre de visiteurs sur les sites touristiques

Quant aux sites touristiques, ils ont bon espoir de pouvoir rouvrir leurs portes, en changeant toutefois quelques habitudes. Le centre Océanopolis de Brest, le premier site touristique de Bretagne avec 430.000 visiteurs par an, a hâte de recevoir de nouveau du public. "On voit la saison d'été arriver avec beaucoup d'envie", a témoigné le directeur Stéphane Maby auprès de l'AFP. "On sait qu'on est en capacité de gérer les flux, on est en capacité de mettre en oeuvre les mesures sanitaires qui protègent à la fois nos salariés et qui rassurent nos publics", avance-t-il, se disant confiant quant à une réouverture du site dès le début de la saison estivale.

La Compagnie des Alpes, propriétaire de parcs d’attractions parmi lesquels le Parc Astérix et le Futuroscope, s’adaptera elle aussi. Elle se prépare à réduire le nombre de visiteurs quotidiens sur ses sites, et à fermer certaines attractions ou spectacles vivants qui ne permettraient pas de respecter les règles de distanciation, indique Le Figaro

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 62 blessés parmi les forces de l'ordre, 81 interpellations

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter