Français en voyage à l'étranger : le Quai d'Orsay promet un "mécanisme global" de rapatriement

Le ministre  des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian
Population

RAPATRIEMENTS - Plusieurs dizaines de milliers de ressortissants français sont actuellement bloqués à l'étranger, attendant un rapatriement alors que les pays ferment leurs frontières. Le Quai d'Orsay a promis un "mécanisme mondial" pour organiser le retour par avion de ces voyageurs, tout en encourageant les Français résidant à l'étranger à rester sur place. Pour les ressortissants bloqués sur place sans logement, un service d'entraide baptisé "SOS un toit" a été mis en place.

Quel sort pour les Français à l'étranger ? Alors que de nombreux pays ferment leurs frontières et s'apprêtent à interrompre tous les vols en provenance et à destination des autres nations, des milliers de ressortissants attendent un hypothétique rapatriement sur le territoire national. Outre le besoin de rentrer chez soi, la démarche est souvent motivée par les infrastructures sanitaires locales jugées insuffisantes pour faire face à l'arrivée éventuelle de la pandémie, même si ces pays - dont le Sénégal, le Maroc ou encore le Pérou - sont bien moins touchés que l'Europe. Une situation d'autant plus complexe que les membres de l'Union européenne ont décidé de fermer les frontières extérieures aux extra-européens.  

Pour l'heure, la France discute avec chacune des capitales concernées pour permettre d'affréter des vols spéciaux. Depuis vendredi, les deux-tiers des 20.000 Français bloqués au Maroc, qui a suspendu ses vols ses liaisons avec la France depuis six jours, ont ainsi déjà pu rentrer. Une trentaine de vols devaient aussi être organisés pour permettre le retour de 4.000 ressortissants de Tunisie, a également indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. "C'est vrai que c'est difficile pour tout le monde. Il faut donc tranquillement, sereinement, avec sang-froid, attendre son tour", a-t-il ajouté. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

En vidéo

Coronavirus : des touristes français bloqués au Maroc

Un plan de rapatriement global

Alors que la France traite jusqu'ici les situations au cas par cas, le Quai d'Orsay a  promis mercredi un plan global de rapatriement. "Un mécanisme global et mondial pour permettre à nos ressortissants qui le souhaitent de rentrer chez eux en France par voie aérienne va être mis en place très rapidement, en lien avec Air France", a indiqué le ministère dans un communiqué.  "Il reposera sur un plan de transport aérien adapté pour l’ensemble du monde, en fonction des priorités et urgences locales, et permettra à chacun de réserver un billet retour auprès d’une compagnie. Les détails techniques de ce mécanisme seront précisés d’ici la fin de la semaine à nos ressortissants en difficulté, par Air France et notre réseau diplomatique et consulaire."

Le Quai d'Orsay promet ainsi qu'en dépit de la suspension des dessertes dans le monde, la France sera "en mesure de proposer des solutions commerciales raisonnables" à ses ressortissants.

Lire aussi

Dissuader les Français installés à l'étranger

Alors que des dizaines de milliers de Français sont potentiellement concernés, la France établit toutefois un distinguo entre les ressortissants en déplacement temporaire et ceux qui sont établis hors du pays. Pour les premiers, Paris recommande de "prendre toutes les mesures nécessaires pour rentrer rapidement en France". 

A l'inverse, les Français ayant leur résidence habituelle à l'étranger sont encouragés à ne pas revenir en France. Ceux qui vivent en dehors de l'Union européenne sont invités, "dans les trente jours à venir, à éviter autant que possible les déplacements internationaux, même pour revenir sur le territoire national". Ceux qui vivent dans un pays membre de l'UE sont également encouragés à ne pas effectuer de déplacements intra-européens.

Rester en contact avec les compagnies

Dans plusieurs pays concernés, les ressortissants français étaient donc encouragés ce jeudi par les ambassades à rester directement en contact avec les compagnies aériennes, à l'instar de la représentation française en Algérie.  "Le retour en France des Français de passage sera organisé en coordination avec les principales compagnies aériennes et maritimes. Il importe donc de rester en contact avec ces dernières", indiquait ainsi l'ambassade à Alger qui, dans le même temps, appelait les Français résidents "à rester chez eux et à se conformer aux recommandations des autorités locales".

En Tunisie, l'ambassade a mis en place une "cellule de crise" pour faire face "aux milliers d'appels" de ressortissants inquiets. "Soyez assurés que nous faisons le maximum", assurait-elle jeudi. 

Au Chili, les Français "de passage" ont été invités à se signaler auprès de l'ambassade, submergée d'appels, en remplissant un formulaire en ligne pour déclarer leur situation. Il leur était demandé de ne pas se rendre physiquement à l'ambassade. 

Au Sénégal enfin, les services consulaires annonçaient jeudi l'ouverture de nouvelles liaisons aériennes avec Paris pour rapatrier les ressortissants français ou européens dans les prochains jours.

"SOS un toit"

Pour les ressortissants en attente d'un vol et sans solution d'hébergement, le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé jeudi la mise en place d'un service d'urgence "de mise en relation de Français bloqués à l'étranger" avec des Français établis hors de France susceptibles de les accueillir.

Baptisé www.sosuntoit.fr, le service d'entraide permet de proposer ou de demander une solution de logement. Il a été mis en place par le ministère des Affaires étrangères, avec la Fédération internationale des accueils français et francophones à l'étranger (FIAFE).

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent