Risque d'une deuxième vague de Covid-19 : le Conseil scientifique a "de très grandes inquiétudes"

Jean-François Delfraissy s'inquiète du non-respect des mesures de protection contre le Covid-19. D'après lui, à ce rythme-là, l'épidémie risque de reprendre avant même la fin de l'été.
Population

AVERTISSEMENT - Une flambée des cas dans le monde, un relâchement des gestes barrières en France… Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, appelle à la prudence face au risque de rebond de l’épidémie, possible à l’automne voire cet été.

Depuis le déconfinement, les autorités sanitaires n’ont cessé de le répéter : la crise du coronavirus n’est pas encore derrière nous. Le virus circule certes moins qu’avant en France, mais il circule toujours. Le risque d’un rebond de l’épidémie de Covid-19 est donc possible. Plusieurs avertissements ont été émis en ce sens, évoquant une seconde vague à l’automne. Mais ce rebond tant redouté pourrait même survenir avant cela, dès cet été, si les gestes barrières sont oubliés.

"D'un côté, tous les chiffres en France sont plutôt bons, on a les outils, on a les tests, on dépiste, donc tout ça est extrêmement positif. Et puis de l'autre côté, il y a une perte quasi-complète des mesures de distanciation, en particulier chez la population jeune", déplore ainsi Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, auprès de l’AFP. 

"Le port du masque dans les transports ou le lavage des mains sont des choses qui sont restées, mais par contre, les gestes de distanciation sociale plus généraux sont en train de se perdre. Et je dis ‘attention, le virus circule encore’", affirme-t-il.

Lire aussi

L'importance du port du masque

Le scientifique rappelle que l’été ne pourra être "plus simple" que les précédents mois qu’à la condition "que les mesures de distanciation sociale se poursuivent et soient appliquées par l'ensemble de nos concitoyens." A l’inverse, "si nos concitoyens continuent à s'écarter de ces mesures, le risque d'une reprise, un peu différente, avant la fin de l'été reste toujours possible", met-il en garde.

"On sait que les endroits où il y a des foules, où les gens se touchent, les lieux fermés, sont particulièrement à risque, donc le port du masque et la distanciation sont un élément essentiel", insiste-t-il.

Un risque à prendre en compte aussi est celui de voir des super-transmetteurs contaminer "20, 30, 40, 50 personnes pour des raisons qu'on ne connaît pas"

Vous mettez un super-transmetteur dans un lieu confiné et un lieu de rassemblement et vous avez Mulhouse : ça peut se reproduire cet été en France.- Jean-François Delfraissy

Flambée à l'étranger

La situation à l’étranger invite aussi à la prudence, rappelle Jean-François Delfraissy : "On est extrêmement frappé par ce qui se passe dans l'hémisphère Sud en ce moment, qui est en hiver austral : l'épidémie est en train de flamber, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en Australie, qui vient de confiner Melbourne alors que ce pays était jusqu'à maintenant extrêmement protégé. On a de très grandes inquiétudes."

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Une note d’optimisme malgré tout : en cas de retour du virus en Europe, "on sera évidemment beaucoup plus prêts qu'on ne l'avait été au mois de février."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent