Coronavirus : ce que l'on sait sur le cluster dans un abattoir breton

Coronavirus : ce que l'on sait sur le cluster dans un abattoir breton
Population

FOYER - Après l’identification de six premiers cas, 63 nouvelles personnes ont été diagnostiquées positives au Covid-19 au sein d’un abattoir des Côtes-d’Armor, à l’issue d’une campagne de dépistage massif. Celle-ci se poursuivra mardi 19 mai. Le point sur ce que l’on sait sur ce nouveau cluster.

Dans la soirée du dimanche 17 mai, plus de cent personnes avaient été testées positives au coronavirus dans deux foyers d’infection détectés au sein de deux abattoirs, l’un près d’Orléans et l’autre près de Saint-Brieuc en Bretagne. Dans ce dernier, où six cas ont d’abord été signalés, ce sont finalement au moins 69 personnes qui ont été contaminées.

69 cas positifs

Le premier signalement d’un cas positif à l’abattoir de Kermené, dans la commune du Mené dans les Côtes-d’Armor, remonte au milieu de la semaine dernière. Mercredi 13 mai, le Centre hospitalier de Saint-Brieuc a alerté l’ARS (Agence régionale de Santé) après avoir diagnostiqué porteur du Covid-19 un homme employé comme prestataire externe de l’abattoir. 

"Les premières enquêtes sanitaires dans l'entreprise menées sans délai par l'ARS et Santé Publique France ont permis de mettre en évidence cinq autres cas confirmés depuis le 9 mai", indiquait l'ARS dans un communiqué vendredi 15 mai.

A LIRE AUSSI

>> Quatre questions autour de l'abattoir où ont été détectés 34 cas de coronavirus

>> 25 nouveaux clusters identifiés depuis le début du déconfinement

>> C'est l'heure de la rentrée pour 150.000 collégiens de zone verte

Ce même vendredi, une campagne de dépistage massif a été lancée sur le site, auprès de 209 membres du personnel, qui a abouti à la détection de 63 cas supplémentaires, portant donc le total des cas confirmés à quasiment 70.

Des mesures sanitaires renforcées depuis le 16 mars

Le site de production du groupe Kermené, filiale des centres distributeurs E.Leclerc, emploie 2.800 salariés selon Le Télégramme. Cependant les employés testés positifs au Covid-19, qu'ils soient externes ou internes à l'entreprise, ont exercé leur activité professionnelle dans une zone circonscrite de l'entreprise regroupant environ 220 personnes, précise l'ARS.

Interrogé par France 3, le maire du Menée, Gérard Daboudet, se veut rassurant : "Par nature [les employés] sont déjà habillés des pieds à la tête avec des lunettes, des masques et des gants donc en plus des procédures qui ont pu être prises, ça limite le champ du risque", déclare-t-il.

"La désinfection quotidienne a été renforcée en usine et dans les locaux", fait savoir par ailleurs Alex Joannis, le directeur de l’entreprise, dans un entretien accordé à Ouest-France. "600 000 masques ont été achetés pour le personnel, des visières de protection commandées pour une mise en place prévisionnelle sur site. Des séparateurs ont été mis en place sur les postes de travail. Outre le respect de la distanciation physique, du télétravail a été mis en place lorsque cela est possible, ainsi que des horaires de travail décalés au sein des services. "

Les cas positifs placés en quarantaine

Les 69 personnes testées positives "sont isolées à leur domicile et leur suivi sera assuré par l'ARS Bretagne", peut-on lire dans un communiqué diffusé dimanche soir.

L'ARS et l'assurance maladie doivent désormais identifier "l'ensemble de leurs cas contacts à risque afin d'appliquer le dispositif de quatorzaine pour ces personnes, ainsi que la prescription d'un test et de masques sanitaires", indique également le communiqué. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Une campagne de dépistage complémentaire est planifiée mardi 19 mai, notamment pour une vingtaine de salariés de l’atelier concerné qui n’étaient pas là vendredi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent