Coronavirus : "La question de la faim est existante" en Outre-mer, reconnaît Annick Girardin

Coronavirus : "La question de la faim est existante" en Outre-mer, reconnaît Annick Girardin
Population

CRISE SANITAIRE – Alors que la pandémie de coronavirus n’épargne aucune région du monde, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a reconnu ce mardi que "la question de la faim est existante dans les territoires d’Outre-mer". Elle a annoncé des aides alimentaires supplémentaires pour les habitants de ces territoires.

Si l’Hexagone est particulièrement touché par la pandémie de coronavirus, l’Outre-mer n’est pas en reste, et les conséquences sociales et économiques y sont nombreuses. "La question de la faim est existante dans les territoires d'Outre-mer", a reconnu mardi la ministre des Outre-mer Annick Girardin, ajoutant que les aides alimentaires seront "plus importantes" en Guyane et à Mayotte. "Oui, il y a à Mayotte, en Guyane et dans d'autres territoires d'Outre-mer des problématiques de faim aujourd'hui", a poursuivi la ministre auditionnée par la mission d'information sur le coronavirus de l'Assemblée nationale.

"Comme dans d'autres régions, ou dans d'autres quartiers dans l'Hexagone, nous avons un problème avec le travail informel qui aujourd'hui ne fonctionne plus en raison du confinement. Il n'y a donc plus d'argent qui circule comme il pouvait circuler avant", a expliqué Annick Girardin. "Cette absence de possibilité d'acheter à manger est une véritable problématique sur ces territoires. C'est pour ça qu'en Guyane comme à Mayotte, les aides alimentaires seront plus importantes que dans les autres territoires ultramarins", a-t-elle ajouté.

La crainte d'une "crise de l’ordre public"

La "prestation spécifique des restaurations scolaires" a été "redirigée vers des aides sous forme de prestations monétaires aux familles (et sous forme de panier repas à Mayotte) pour répondre aux besoins des enfants qui sont aujourd'hui à la maison" et qui ne bénéficient plus des repas qu'ils prenaient à la cantine. Cela représente "environ 19 millions d'euros pour 289.000 enfants jugés défavorisés, pour les deux mois de confinement".

Pour Mayotte et la Guyane, il y a aussi "une aide alimentaire supplémentaire pour deux mois, sous forme de bons alimentaires" distribués par la Croix-Rouge et "financés sur du droit commun", pour un total de 1,3 million d'euros à Mayotte et 1,2 million d'euros en Guyane. Enfin, la ministre a aussi rappelé qu'une aide pour les SDF avait été déployée en Outre-mer sous forme de chèques-service (6.000 bénéficiaires ultramarins, pour un montant de 630.000 euros).

"Cette crise sanitaire, cette crise économique, c'est aussi une crise de l'ordre public que nous pouvons craindre dans certains territoires", a ajouté Annick Girardin, évoquant "beaucoup d'agressions (...) en direction des forces de l'ordre" à Mayotte et "quelques tensions en Guyane". "C'est un sujet (sur lequel) je veille de très près et je n'hésiterai pas à mettre des mesures supplémentaires", a-t-elle dit.

En vidéo

Coronavirus : les départements d'outre-mer touchés

Au cours de son audition, la ministre a également évoqué le sujet du deuxième référendum sur l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie. A ce jour, il "reste fixé au 6 septembre prochain", malgré la crise du coronavirus, a déclaré Annick Girardin. "Les services de l'Etat travaillent d'arrache-pied pour poursuivre les actions de préparation du référendum", a-t-elle poursuivi, en réponse à une question de la présidente de la commission des lois Yaël Braun-Pivet.

"L'ensemble des services sont en mesure de tenir les échéances", a assuré la ministre, "à la faveur d'un glissement organisé des dates de commission pour les listes (électorales) spéciales" pour le référendum. Le corps électoral pour ce vote est plus restreint que pour les autres élections, et fait l'objet d'un examen particulier.

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Un premier référendum sur l'accession à la pleine souveraineté du territoire a eu lieu le 4 novembre 2018, et s'est traduit par une victoire des partisans du non à l'indépendance avec 56,7% des suffrages. Un accord signé en 1998 prévoit jusqu'à trois référendums au cas où l'indépendance serait rejetée lors des deux premiers.

La Nouvelle-Calédonie est peu touchée par le Covid-19, avec 18 cas. Elle pourrait être le premier territoire français à s'engager dans le déconfinement, puisque les autorités locales, compétentes en matière de santé, ont annoncé un confinement seulement jusqu’au 19 avril.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent