Coronavirus : la réserve sanitaire, c'est quoi ?

DÉCRYPTAGE - Dans sa chronique "Les indispensables", Jennifer Knock s'est intéressée ce mercredi 11 mars à la réserve sanitaire, appelée en renfort contre le coronavirus.

SANTE PUBLIQUE - Confrontées à l'épidémie de coronavirus, les autorités font appel ces jours-ci aux volontaires de la réserve sanitaire pour renforcer les personnels de santé. Focus sur ce "corps" qui intervient depuis une décennie.

Emmanuel Macron l'assure : l'épidémie due au nouveau coronavirus, qui a déjà provoqué la mort de 48 personnes, n'en est "qu'au début".  Devant l'urgence de la situation, les autorités ont décidé de faire appels à la réserve sanitaire. Des volontaires qui vont venir renforcer les personnels de santé. Explications.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

La réserve sanitaire, c'est quoi ?

Le "corps de réserve sanitaire" a été créé par la loi du 5 mars 2007 "en vue de répondre aux situations de catastrophe, d'urgence ou de menace sanitaires graves sur le territoire national". Il est ouvert en premier lieu aux professionnels de santé (médecins, infirmiers, aides-soignants...) en activité ou retraités depuis moins de cinq ans, ainsi qu'aux internes et à certains étudiants en santé. D'autres personnels non soignants (secrétaires médicaux, cadres hospitaliers, psychologues...) peuvent également y participer.

Combien de personnes sont concernées ?

Plusieurs milliers. A ce jour, 21.000 personnes y sont inscrites, mais "seuls 3.600 sont réellement engagées", dont 240 mobilisées dans le cadre de l'épidémie de coronavirus, a indiqué sa responsable, l'ancienne députée socialiste Catherine Lemorton, mardi sur RMC. Les réservistes sont "volontaires et mobilisables à tout moment par le ministère ou les agences régionales de santé", mais ne sont "jamais contraints de partir", indique Santé publique France. A chaque fois que les pouvoirs publics décident d'utiliser la réserve, cette agence nationale diffuse un "appel urgent à candidatures" et effectue leur sélection "dans des délais très courts". Les salariés envoyés en mission - avec l'accord de leur employeur - bénéficient d'une "mise à disposition" ou d'un congé spécifique. Les autres perçoivent une indemnité en fonction de leur métier et de leur statut: 65 euros brut par jour pour un étudiant en santé, 250 euros pour un interne et jusqu'à 399 euros pour un médecin libéral.

La réserve sanitaire est-elle souvent mobilisée ?

Près de 200 arrêtés "relatifs à la mobilisation de la réserve sanitaire" ont été publiés au Journal officiel depuis janvier 2009.Sollicitée avec parcimonie entre 2009 et 2013 (29 textes), elle a ensuite été utilisée à tour de bras entre 2014 et 2016 (105 textes), puis moins fréquemment depuis 2017 (59 textes). La liste des missions raconte une décennie de crises, en France mais aussi dans une vingtaine d'autres pays. La première cause de recours à la réserve (31 textes) est ainsi l'épidémie d'Ebola, en Afrique de l'Ouest puis en République démocratique du Congo. En France, les aléas sanitaires (grippe, varicelle, rougeole, méningite) et climatique (canicule, plan grand froid) ont justifié moins d'interventions que les camps de migrants (14 textes) et les attentats (15 textes).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex débloque 60 millions d'euros pour les éleveurs en grande difficulté

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter