Coronavirus : les Belges appelés à manger plus de frites pour sauver les producteurs de pommes de terre

Coronavirus : les Belges appelés à manger plus de frites pour sauver les producteurs de pommes de terre

INSOLITE - Une association professionnelle des producteurs de pommes de terre belges a lancé une mission à la population : ne pas lésiner sur la consommation des fameux bâtonnets frits qui font la fierté nationale en ces temps on ne peut plus difficiles pour le secteur.

Et si vous doubliez votre régime hebdomadaire de frites en soutien aux producteurs ?  L’idée a été lancée par Belgapom, une fédération représentant les négociants et transformateurs de pommes de terre belges qui mise tout sur la spécialité locale pour survivre à la crise. "Mangeons tous des frites deux fois au lieu d’une fois par semaine", a ainsi proposé Romain Cools, secrétaire général de la fédération lors d’une conférence de presse, en fin de semaine. 

Depuis le début de l'épidémie, les producteurs belges sont confrontés à un surplus de 750.000 tonnes de pommes de terre susceptibles d'être jetées. En cause ? L’incapacité de ces derniers à écouler leurs stocks depuis le début du confinement, et a fortiori la fermeture des restaurants et l’annulation des festivals. A titre d'illustration, d’ordinaire, le secteur exporte 2,3 millions de tonnes de sa production par an, dans 160 pays. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

La filière française elle aussi en grande difficulté

Romain Cools a également annoncé que 25 tonnes de pommes de terre seraient envoyées à des banques alimentaires chaque semaine, au moins jusqu'à la fin du mois de mai. Parallèlement, "des ventes aux pays d’Europe centrale qui souhaitent en faire de l’amidon" sont également évoquées par le secrétaire général, interrogé par le Telegraph.

En France, la situation n'est guère plus réjouissante pour le secteur qui subissait de plein fouet les conséquences du confinement dès début avril. Alors que les producteurs de pommes de terre vendent habituellement l'ensemble de leur récolte aux industriels, restaurateurs, hôteliers, cantines et fast-foods ont pour l'essentiel stoppé ou ralenti leur activité, et les stocks s'accumulent. 

Lire aussi

"Les producteurs de pommes de terre ont des tonnes de pommes de terre sur les bras", lançait il y a quelques jours Christiane Lambert (la présidente de la FNSEA), précisant que "personne ne fait de frites à la maison". Mais qui sait, l'initiative de nos voisins pourrait donner des idées dans l'Hexagone...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - Crise au Proche-Orient : les ministres de l'Union européenne se réuniront en urgence mardi

Covid-19 : ces pays européens qui ont déjà assoupli les règles aux frontières pour les touristes

Bigard, Lalanne et Chalençon, têtes de file d'une manifestation anti-masques à Lyon

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.