Crise sanitaire : les déclarations d'embauche en baisse de 40% au 2e trimestre

Au deuxième trimestre 2020, le nombre de déclarations d’embauche de plus d’un mois se contracte de -37,2 % dans l’industrie (illustration)
Population

EMPLOI - Dans un contexte marqué par la crise du coronavirus, les déclarations d’embauche de plus d’un mois (hors intérim) enregistrent, au deuxième trimestre 2020, une baisse de -40,1 %. Une contraction historique.

L'économie française a été durement impactée par la crise du coronavirus, comme le démontre une nouvelle fois les derniers chiffres publiés par Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss). Sur un an, les déclarations d’embauche de plus d’un mois affichent un net repli, -43,5%. Les embauches ont CDI ont diminué de -45,7% et en CDD de -41,3%. Le mois d’avril est celui qui enregistre le plus fort recul  (- 72,2% sur un an). La baisse du mois de mai atteint 49,5% tandis que celle de juin s’établit à 9,0%.

Déclaration d'embauche en nette baisse

Les déclarations d’embauche de plus d’un mois (hors intérim) enregistrent au deuxième trimestre 2020 une baisse historique avec -40,1%. Cette évolution concerne les CDD de plus d’un mois (-36,6% après -8,1%) et, de façon encore plus prononcée, les CDI (-43,7 % après -5,0 %). Une phénomène qui concerne l'ensemble du territoire, selon l'Acoss

Cette baisse du deuxième trimestre 2020 concerne à la fois les entreprises de moins de 20 salariés (TPE) et les structures de plus grande taille. Les déclarations d’embauche de plus d’un mois diminuent de 36,1% dans les TPE et de 42,8% dans les entreprises de 20 salariés ou plus. L'Acoss note toutefois un rebond de +84,4% des déclarations d'embauche pour le seul mois de juin.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Enfin concernant les différents secteurs, le nombre de déclarations d’embauche de plus d’un mois se contracte dans tous les trois secteurs : -42,1% dans le tertiaire, -37,2% dans l’industrie et -27,1% dans le BTP. Sur un an, les baisses s’établissent respectivement à -45,2%, -40,8% et -29,3%. Des mauvais chiffres qui s'expliquent par l'arrêt brutal de l'économie française en raison du confinement débuté à la mi-mars. D'après l'Insee, le PIB a reculé de -5,3% en début d'année 2020 et de -17% au deuxième trimestre. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent