Plus de 430.000 membres : ce groupe Facebook où le Pr Raoult est érigé en "héros"

Plus de 430.000 membres : ce groupe Facebook où le Pr Raoult est érigé en "héros"

FACEBOOK - Depuis sa création à la fin du mois de mars, le groupe "Didier Raoult Vs Coronavirus" ne cesse de battre des records, réunissant désormais plus de 430.000 membres. Entre espoir et incompréhension, la chloroquine est devenue le sujet numéro 1.

Il a dix fois plus de membres que n'importe quel groupe francophone sur le coronavirus. Sur Facebook, le professeur Didier Raoult et la chloroquine, qu'il a rendue célèbre en France, passionnent. A tel point que l'un des groupes qui lui est dédié dépasse désormais les 430.000 membres en quelques semaines d'existence. Public et ouvert à tous, il doit permettre, selon son créateur, de créer de "l'espoir".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Lire aussi

Didier Raoult érigé en "héros"

Un succès qui n'est pas si surprenant tant le sujet est au cœur des discussions sur le réseau social. Pour donner une idée de son importance, il suffit de regarder les chiffres. Avant même la rencontre avec Emmanuel Macron ce jeudi 9 avril à Marseille, "Didier Raoult" avait provoqué près de 3 millions d'interactions sur Facebook en 24 h et 8000 publications comprenaient son nom, selon l'outil de mesure CrowdTangle. Alors, sur le groupe "Didier Raoult vs Coronavirus", auquel le créateur a accolé un émoji représentant un bras musclé, chaque publication peut rapidement engendrer des centaines de commentaires et des milliers de partages.

FIn mars, quelques minutes après ce qui a été salué comme une "victoire" - à savoir la publication au Journal officiel du décret encadrant l'utilisation de la chloroquine - une photo de "l'homme de l'année" a provoqué 14.000 réactions en moins d'une heure. Se félicitant d'avoir "gagné" comme le feraient les supporters d'un club de foot, ils remercient le professeur pour ses efforts. L'admiration pour l'homme est telle que certains l'arborent en photo de profil, quand d'autres le transforment en meme, ou l'élèvent au statut de "bienfaiteur de l'humanité". De son côté, l'équipe administrative signe parfois ses annonces d'un très original "raoultement vôtre". 

Mais dans ce groupe, c'est la chloroquine, dont il n'est pas l'inventeur mais le simple défenseur en France, qui est sur le bout de tous les doigts. A l'image du débat qui entoure le professeur et cette molécule, chacun y va de son avis. Et ici, règne essentiellement l'incompréhension. Marie critique par exemple le gouvernement, qui dit d'une part que "la science doit nous guider", et de l'autre regarde avec suspicion le traitement proposé par l'épidémiologiste marseillais. "Professeur Raoult n'est il pas un éminent scientifique ????" Mat, lui, s'interroge sur la raison pour laquelle les autorités "continuent de parler des effets secondaires" de ce médicament qui " traîne" pourtant depuis "50 ans sur le marché en vente libre". 

Cette incompréhension, elle règne aussi chez Serge Benichou. Le créateur du groupe Facebook nous avoue rapidement ne "pas être un spécialiste" mais avoir des "amis biologistes qui le sont" et soigne son lupus depuis quinze ans avec cette molécule. Il se demanda pourquoi "attendre six ou huit semaines". "Combien de gens vont devoir mourir?", lance-t-il. 

Lire aussi

Un groupe pas si complotiste

Des questions, c'est ce qui animent un bon nombre d'internautes. Qui vont parfois plus loin. Traitant certains responsables politiques de "mythos", insultant les médias dits mainstream, ou décrivant des personnalités publiques pourtant très appréciées, comme Michel Cymes, de " pauvre docteur de plateau de télé", les termes ne sont pas élogieux envers "les dirigeants" et le "pouvoir". Cependant, de façon assez surprenante, ce ne sont pas les contenus les plus partagés. Loin de là. Ainsi, ce jeudi, la publication la plus "performante" selon CrowdTangle était un témoignage de France 3 sur un patient à Amiens traité à la chloroquine. La deuxième était, elle aussi, issue d'un média traditionnel, puisqu'il s'agit d'un article annonçant que Didier Raoult claquait la porte du Conseil scientifique. 

En vidéo

Le Pr Raoult claque la porte du conseil scientifique

Fait assez rare pour être souligné, les liens font partie des contenus les plus partagés. Si les "statuts", qui sont généralement le lieu des témoignages écrits, de coups de gueule, et de questionnements, sont partagés en nombre ( 37%), on trouve les liens, renvoyant souvent vers des articles, en seconde position (25%). Bien devant les photos (19%) et les vidéos, dont sont pourtant friands les publics de groupes plus contestataires, comme ceux des Gilets jaunes.

Lire aussi

Un groupe porteur "d'espoir"

Et pour cause, l'équipe modératrice fait tout pour contrer les propos insultants et les fausses informations. Confiant que le succès du groupe, et les centaines de publications qui vont avec, n'est pas "facile à gérer", son créateur se défend de vouloir toute polémique. Cet entrepreneur dans l'immobilier à Paris concède surtout avoir été "assailli". "On n'arrive pas à tout contrôler." Ses équipes ont d'ailleurs lancé un appel pour trouver d'autres modérateurs. "Sachez que l'exercice est très difficile tant la défiance face aux choix des autorités de santé est importante", écrit l'une des administratrices. Estimant que la colère est "légitime", elle pense qu'il ne peut "pas être publié sur cette page". 

Sans espoir, on est mort- Serge Benichou, créateur du groupe "Didier Raoult Vs Coronavirus"

Serge Benichou va encore plus loin. Hors de question de passer pour un "révolutionnaire". "Je fais confiance au gouvernement, que je respecte", assène-t-il. Lui dit être dans cette démarche uniquement afin de "redonner de l'espoir". "On a enfin quelque-chose et là, les gens sont réfractaires", s'étonne-t-il, rappelant que de nombreux pays, comme les Etats-Unis, "s'arrachent le professeur ". "Ça me met hors de moi !"

"On n'a pas de masques, pas de solutions hydroalcooliques, pas de gants, on est confinés, chacun est séparé",… énumère-t-il, avant de décrire une "époque tragique ". Comme une bouée de sauvetage, le cinquantenaire voit en ce traitement "une piste sérieuse sur un processus de guérison, une amélioration plutôt simple", qui permettrait de redonner une raison d'y croire. Un discours qu'il n'est pas le seul à tenir. Et qui expliquerait le succès de son groupe. " Merci professeur je crois en vous", témoigne une internaute. "Vous êtes porteur d'espoir."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne prolonge ses restrictions jusqu'en janvier 2021

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

EN DIRECT - Mort de Maradona : une veillée funèbre au palais présidentiel argentin

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

Lire et commenter