Qui est le Pr Pittet, ce médecin suisse qui va présider la mission Covid lancée par l'Elysée ?

Qui est le Pr Pittet, ce médecin suisse qui va présider la mission Covid lancée par l'Elysée  ?

PORTRAIT - Le Pr Didier Pittet a pris jeudi 25 juin la tête de la mission d'évaluation sur la gestion de la crise du coronavirus. Cet infectiologue suisse a consacré sa vie à promouvoir le gel hydroalcoolique.

"Tirer les leçons" de la crise et "en sortir renforcé" : voici la mission confiée par l'Elysée ce jeudi à Didier Pittet. Ce professeur suisse prend la tête de la mission d'évaluation sur la gestion de la crise du coronavirus. Une crise à laquelle il a indirectement participé : ce médecin est en effet l'inventeur de la solution hydroalcoolique, arme incontournable pour lutter contre la propagation du virus.

"C’est une grande responsabilité que je vais essayer d’assumer au mieux", a estimé le principal intéressé auprès de la RTS. Et de commenter : "L’avantage d’être suisse, c’est qu’on est externe. Cela donne une valeur particulière à l’approche". Le Suisse, qui s'est souvent vu confier des missions à l’étranger, juge que "la suissitude permet la neutralité et un regard différent".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

"La seule solution, c'est le gel hydroalcoolique"

Sa "suissitude", Didier Pittet l'expérimente depuis la fin des années 1970. A l'époque, il est interne en médecine dans le service d’infectiologie des Hôpitaux universitaires de Genève. Très vite, il part aux Etats-Unis, où il se spécialise dans les maladies infectieuses et s’intéresse aux maladies nosocomiales, contractées au sein même des établissements de santé. A son retour à Genève, il lance un protocole d’observation. Et découvre que seuls 30 % des médecins et 48 % des infirmières nettoient leurs mains en les savonnant sous l'eau entre deux patients.

"Vous imaginez, s’il fallait passer une minute et demi au lavabo avec de l’eau et du savon 22 fois par heure ? Vous comptez, ça fait plus de 30 minutes par heure à se laver les mains. C’est impossible, et c’est pour ça que la seule solution, c’est le gel hydroalcoolique", expliquait le médecin, aujourd'hui âgé de 63 ans, début mai aux caméras de TF1. Après des recherches et plusieurs tentatives, il parvient à trouver la bonne formule : de l'alcool, mélangée à de l’eau et à de la glycérine. Une solution qu'il décide de ne pas breveter, préférant qu'elle reste en accès libre.

Depuis le début de la pandémie, le médecin est en première ligne. Avec ses équipes et des étudiants, il a lancé plusieurs enquêtes pour étudier le mode de transmission du virus au sein du personnel soignant contaminé. Des données précieuses, à l'heure de se pencher sur le cas de la France. La mission comprend également Raoul Briet, ancien président de chambre de la Cour des comptes, Laurence Boone, chef économiste de l'OCDE, Anne-Marie Moulin, directrice de recherche émérite au CNRS et Pierre Parneix, médecin de santé publique au CHU de Bordeaux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccin : l'ARS Île-de-France "utilise toutes les doses disponibles"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter