Restrictions d’entrée aux Etats-Unis : galère et grand flou pour les Français qui ont dû renoncer à leur voyage

Restrictions d’entrée aux Etats-Unis : galère et grand flou pour les Français qui ont dû renoncer à leur voyage
Population

TÉMOIGNAGES – Donald Trump a décidé de restreindre les conditions d’accès aux Etats-Unis pour les ressortissants de l’espace Schengen et tout étranger y ayant séjourné ces 14 derniers jours. Les Français qui comptaient s’y rendre pour des vacances ou le travail doivent désormais se réorganiser tout en essayant de se faire rembourser. Une quête qui pourrait être longue, comme nous le racontent plusieurs d'entre eux.

Avec les restrictions d’entrée sur le territoire américain qui entrent en vigueur dès samedi à 5 heures du matin (heure de Paris), bon nombre de Français qui avaient prévu de se rendre aux Etats-Unis pour des vacances, le travail ou pour  étudier se retrouvent démunis. L’heure est à la réorganisation.

Ina avait ainsi prévu un road trip en famille lors des prochaines vacances scolaires. "On a annulé. J’essaye de comprendre ce qui est remboursable après les annonces de Trump", déplore-t-elle auprès de LCI. Et au surlendemain des annonces, elle est toujours dans l’incertitude. Pour beaucoup, c’est encore le grand flou qui règne après la déclaration du président américain interdisant l’entrée du territoire aux ressortissants et voyageurs ayant séjourné dans l’espace Schengen les 14 derniers jours avant d’arriver aux Etats-Unis. 

Lire aussi

"J’ai commencé à m’inquiéter mercredi soir car la NBA s’affolait (après l’annonce d'un cas de coronavirus chez un basketteur, ndlr). Quand j’ai vu l’annonce de Trump, j’ai contacté Air France", résume Arthur, qui avait prévu un voyage en Floride la semaine prochaine. "Air France a été top dans le suivi. On a décalé les vols à fin avril. Si la situation n’évolue pas d’ici-là, ils pourront me rembourser sous forme de bon. Mais j’ai tous les vols internes et hôtels à gérer, sachant que les assurances ne me remboursent rien", déplore-t-il. Car le coronavirus n’est pas un motif compris dans les assurances des cartes bancaires, même avec les niveaux les plus élevés.

"On croise les doigts"

Comme beaucoup de Français qui comptaient se rendre en vacances aux Etats-Unis, il avait également prévu d’aller voir un match de basket américain sur place. La NBA a décidé de suspendre sa saison et beaucoup attendent encore de connaître les modalités de remboursement. "On n’a aucune information pour le moment", explique Adrien, qui préparait une virée entre amis et doit déjà se débattre avec les demandes de remboursement. "Mais vu que ce sont eux qui ont annulé, ça devrait être rapide. On croise les doigts", évoque un autre fan de la balle orange.

Maverick, lui, fait partie de ceux pour qui la situation s’est rapidement réglée : "Je devais y aller d’ici deux semaines, mais tout tombe à l’eau. On a déjà eu le remboursement intégral de la part d’Air France ainsi que de Airbnb." Et il y a ceux qui ont été prévoyants. "J’ai un ami français naturalisé américain qui était chez sa mère à Calais", raconte Elsa. "Il vient de sauter dans un avion à Heathrow après avoir pris l’Eurostar pour rentrer chez lui avec cinq jours d’avance. Il avait peur de ne plus avoir de vol la semaine prochaine." D'autres s'inquiètent pour leurs proches : "Ma mère devait venir garder notre fille pour deux semaines. Je ne sais pas si elle va pouvoir et comment on va s'organiser", s'inquiète cette Franco-Américaine vivant à New York. Nombreux expatriés vivant ou travaillant en Europe espéraient trouver un vol à temps pour rentrer avant l'application des restrictions.

En vidéo

Coronavirus : alerte rouge aux Etats-Unis

Les professionnels et les étudiants en difficulté

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Et côté business, l’horizon n’est pas plus rose avec les interdictions d’entrée sur le territoire, mais aussi l’annulation de multiples événements sur place. "J’avais quatre déplacements prévus aux Etats-Unis. Il m'en reste encore deux qui ne sont pas annulés : un en mai, l’autre en juin", explique Yann, journaliste. "Les événements auxquels je devais me rendre ont été remplacés par des réunions en ligne, mais les inconvénients sont légion, à commencer par l’obtention des informations sommaires."

"Le salon NAB qu’on couvre annuellement est annulé, après avoir été confirmé ces dernières semaines malgré la crise", écrit sur Twitter Hardisk, Youtubeur et chroniqueur. Il explique galérer pour obtenir les remboursements des billets et du logement, mais d’un point de vue professionnel aussi, puisqu'il faut tout réorganiser. "Je dois refaire tout mon plan éditorial sur un mois", confie-t-il à LCI. De peur de ne pouvoir rentrer, Jenny a également dû renoncer. "Je devais revenir en France fin avril pour des événements pour le boulot, mais désormais j'ai annulé", regrette-t-elle.

Le petit frère de Théo devait, lui, partir en échange scolaire pour quelques mois. "C’est reporté à cet été pour l’instant", explique-t-il, sans que la famille n’ait eu plus d’informations pour le moment. Et de nombreux étudiants qui comptaient partir aux Etats-Unis se retrouvent eux-aussi bloqués.

Il y a également le problème de ceux qui devaient faire escale aux Etats-Unis depuis ou à destination d’un pays étranger. Cela revient à faire son entrée sur le sol américain, ce qui est désormais interdit. "Au-delà de partir aux US, il y a tous ceux qui sont coincés et qui avaient une escale aux Etats-Unis pour le vol retour. Et là, il n’y a pas de solution parce que l’escale n’est plus possible", souligne Agnès.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent