Couvre-feu : après 21h, la livraison au secours des restaurateurs

Couvre-feu : après 21h, la livraison au secours des restaurateurs

COUP DE FEU - En forçant les restaurants à fermer leurs portes à l'heure du dîner, le couvre-feu ouvre un boulevard aux applications de livraison à domicile. Les plateformes se préparent déjà à un surcroît d'activité.

Plus de service en salle, mais une cuisine qui tourne à plein. Si le confinement avait contraint nombre de restaurateurs à se mettre à la vente à emporter et aux livraisons à domicile, le couvre-feu va leur permettre d'alterner, le service à l'assiette jusqu'à 21h, et des repas livrés une fois les derniers clients partis. Un pis-aller pour les restaurants, mais un coup de fouet pour les affaires des grandes applications de livraison.

Dans toutes les villes concernées par le couvre-feu, Deliveroo, Just Eat et Uber Eats anticipent des livraisons en hausse, et de nouveaux restaurants qui pourraient rejoindre les plateformes en nombre, même si l'on reste prudent. "Pour nous il est encore un peu tôt pour estimer les conséquences du couvre-feu sur notre activité", explique à LCI.fr Manon Guignard, porte-parole d'Uber Eats en France. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

+25% de restaurants passés à la livraison pendant le confinement

Prudents, mais optimistes. "On a vu à quel point le confinement a eu un effet d'accélérateur", poursuit Manon Guignard, "nous avions 20.000 restaurants partenaires au moins de mars, ils sont 25.000 aujourd'hui." Des restaurateurs qu'Uber Eats compte bien recruter à rythme accéléré du fait du couvre-feu. "Pour eux on a supprimé les frais d'activation, qui se montent d'ordinaire à plusieurs centaines d'euros, on a aussi mis en place depuis le confinement une équipe dédiée pour mettre le service en route chez eux plus rapidement qu'auparavant." De quoi élargir son offre, mais pas seulement. Car si elles recrutent plus de restaurateurs qu'il y a un an, les plateformes de livraison doivent aussi faire face à la disparition de nombre d'établissements.

Lire aussi

Pour les restaurateurs, la livraison de repas à domicile est l'exception qui va leur permettre de continuer à travailler à l'heure du couvre-feu. Mais ils devront rester vigilants sur l'équation économique : on dépense rarement autant pour un repas livré que pour une sortie au restaurant, le modèle favorisant plus le fast-food que la gastronomie. En outre, la livraison et la commission des plateformes allongent encore la facture pour des restaurateurs dont les coûts fixes continuent de courir.

Des livraisons illimitées pour un euro, et des restaurants qui livrent 24h/24

Autre variable de l'équation : les livreurs, qu'il faut d'abord rassurer sur le fait qu'ils auront bien le droit de travailler. "On communique beaucoup avec eux", explique Manon Guignard chez Uber Eats, "on veut s'assurer qu'ils auront bien l'attestation à présenter en cas de contrôle, et on les avertit sur le surcroît probable d'activité. Et on met masques et gel à leur disposition.

En vidéo

Les robots vont-ils remplacer les livreurs ?

De son côté, Deliveroo a ces dernières semaines concentré ses efforts côté clients, en proposant par exemple des livraisons gratuites et illimitées pour un euro par mois, contre près de onze euros auparavant, un promotion offerte jusqu'à la fin 2020 au moins.

En outre, et à Paris seulement, une centaine d'établissements partenaires de l'application y proposent leurs services 24h sur 24.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... les dates à connaître pour les prochaines semaines

"On sera à 600 morts par jour d'ici quelques semaines" : le cri d'alerte du Pr Jean-François Timsit

INFO TF1/LCI - Rentrée scolaire : ce que prévoit le protocole sanitaire à partir de lundi

EN DIRECT - Covid-19 : le conseil scientifique préconise l'utilisation des autotests à l'école

Rentrée scolaire, frontières, vaccination... de quoi parlera Jean Castex ce jeudi ?

Lire et commenter