Vaccins contre le Covid-19 : 15% des volumes acquis par l'UE iront à la France

Vaccins contre le Covid-19 :  15% des volumes acquis par l'UE iront à la France

TRAITEMENT - Six contrats d'approvisionnement en vaccins contre le Covid-19 devraient avoir été signés d'ici fin novembre, a indiqué dimanche Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie.

La France dans les starting-blocks pour se procurer des vaccins. Six contrats d'approvisionnement pour le "produit-miracle" contre le Covid-19 devraient avoir été signés d'ici fin novembre, a indiqué dimanche Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie. En tout, pas moins de "15% des volumes" acquis par l'Union européenne iront à la France, a-t-elle estimé.

"Nous avons (...) quatre contrats signés et deux pré-accords dont la rédaction juridique doit suivre un processus de validation. Donc, six accords signés d'ici fin novembre", a détaillé sur Radio J la ministre, impliquée dans les négociations au niveau européen. Selon elle, "chacun de ces accords correspond à 200 à 300 millions de doses de vaccin en commande ferme, plus 100 à 200 millions optionnels. Un seul de ces contrats, avec Moderna, porte sur des doses plus petites, 80 millions, cela est lié à la complexité de fabrication". 

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Lire aussi

"La quasi-totalité des vaccins produits en Europe"

Quid du calendrier ? Selon la ministre, "chacun (des vaccins) doit faire ses preuves, trois sont en quasi qualification finale mais rien ne préjuge de la fin des essais cliniques", rappelant que, selon les avancées, l'Agence européenne du médicament pourrait délivrer de premières autorisations d'ici à la fin décembre. "Nous nous sommes assurés que la quasi-totalité des vaccins et tous les ingrédients soient produits en Europe, pour ne pas avoir de difficulté d'approvisionnement", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur l'éventuelle obligation de se faire vacciner, Agnès Pannier-Runacher botte en touche. "Je ne suis pas médecin. Aujourd'hui, la possibilité de le recommander sur des publics cibles, prioritaires, se discute au niveau européen", a-t-elle répondu. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes

Variants du coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique déconseille certains masques en tissu

Didier Raoult a-t-il reconnu s'être trompé sur l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 ?

Lire et commenter