Covid-19 : les Européens adoptent des critères communs pour les restrictions de voyage

Les vols en provenance d'Iran ne sont pas (encore) concerné par un accueil sanitaire spécifique.

EUROPE - A l'heure où l'épidémie gagne du terrain, les pays membres de l'UE se sont mis d'accord pour coordonner leurs restrictions de voyage.

Face à la pagaille actuelle pour voyager sur le vieux continent, les Européens accordent (enfin) leurs violons. Les ministres des Affaires européennes ont adopté mardi des critères communs pour coordonner les restrictions de voyage dans l'UE.

Selon la recommandation, un pays prévoyant de mettre en place des mesures restrictives à l'encontre de voyageurs venant d'une zone jugée à risque devra informer l'Etat membre concerné, si possible 48 heures avant leur entrée en vigueur. Le public devra également être averti, 24 heures à l'avance. Trois indicateurs sont à prendre en compte pour évaluer la situation d'une zone : le nombre de nouveaux cas notifiés pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours au niveau régional, le pourcentage de tests positifs sur l'ensemble des tests menés durant la semaine écoulée, le nombre de tests pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours.   

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

"L'Union européenne a été à la hauteur"

A partir de ces données, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) publiera chaque semaine une carte de la situation de l'ensemble des pays de l'Union au niveau régional. Quatre couleurs déterminent le niveau de risque d'une zone : vert, orange, rouge et gris. La recommandation prévoit par principe que les Etats membres ne doivent pas refuser l'entrée sur leur territoire de voyageurs venant d'un autre pays de l'UE - ce que fait actuellement la Hongrie tout en prévoyant certaines exceptions pour les citoyens tchèques, polonais et slovaques. 

Néanmoins, selon le texte approuvé, les voyageurs venant d'une zone orange, rouge ou grise peuvent se voir imposer à l'arrivée une quarantaine et/ou un dépistage. Et les résultats des tests doivent être reconnus mutuellement. Les voyageurs exerçant un certain nombre de fonctions jugées essentielles sont toutefois exemptés de quarantaine. La recommandation prévoit aussi la mise en place d'un formulaire européen unique à remplir par les voyageurs.

"L’Union européenne a été efficace et à la hauteur", a réagi ce mardi le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune. Et d'ajouter : "La France s’est battue depuis plusieurs semaines pour ce résultat concret. Par ces mesures, nous démontrons à 27 un esprit de coopération face à la crise sanitaire qui nous touche tous. C’est une avancée essentielle dans un domaine qui a été trop souvent laissé à des initiatives nationales isolées."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : des vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

EN DIRECT - Candidature d'Éric Zemmour : le polémiste sera l'invité du 20h de TF1 mardi

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.