Un groupe scolaire de la Drôme a-t-il aboli le port du masque sous la pression des parents d'élèves ?

Le masque demeure obligatoire pour les élèves, que ce soit dans la Drôme ou ailleurs en France.

TOLÉRANCE – Contrairement à ce qu'indique une publication très relayée sur Facebook, un ensemble scolaire de la Drôme n'a pas abrogé l'obligation du port du masque pour les élèves. Il est simplement toléré de l'ôter lors des récréations si ceux-ci font du sport dans la cour.

Des parents d'élèves manifestent régulièrement leur colère sur les réseaux sociaux pour dénoncer le port du masque et ses conséquences pour leurs enfants. Une opposition qui aurait porté ses fruits dans la Drôme, si l'on en croit une récente publication. Là-bas, "un établissement scolaire, sous la pression des parents d'élèves, a fait lever le port du masque", peut-on lire. 

Ce message, abondamment commenté et relayé, ne précise pas le nombre de l'établissement concerné. L'auteur ou autrice refuse d'ailleurs d'en dire davantage : "La source, c'est moi", explique-t-il ou elle. "Je suis en contact avec les parents. Mais pour la sécurité de ce responsable d'établissement, je tairai le lieu. Les enfants veulent continuer à jouer ensemble et ils en ont bien besoin."

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Les précisions du directeur académique

Pour vérifier ces affirmations et tenter d'identifier l'établissement en question, LCI s'est tourné vers la Direction des services départementaux de l'Education nationale (DSDEN) de la Drôme. Elle explique qu'aujourd'hui, le port du masque reste obligatoire pour les élèves et les personnels dans les collèges et lycées. Et qu'il n'y a pas d'exception.

D'où pourrait venir cette rumeur ? Probablement d'un article paru dans le Dauphiné Libéré, qui expliquait il y a quelques jours que le port du masque n'était "pas obligatoire dans la cour de récréation" au sein de "l’ensemble scolaire Saint-Louis", établissement privé catholique sous contrat situé sur la commune de Crest. 

Lire aussi

"Pour le bien-être de mes élèves, j’ai décidé de ne pas rendre obligatoire le port du masque dans la cour de récréation", expliquait au quotidien le directeur du groupe scolaire. Un article qui a alerté Pascal Clément, directeur académique, qui indique à LCI avoir fait un point avec le chef d'établissement suite à la publication de ces informations.

Ce dernier lui a expliqué que "les propos qui lui ont été prêtés ne sont pas ceux qu'il a véritablement tenus", glisse le représentant de l'Education nationale. Pascal Clément indique en effet que le masque demeure au sein de cet ensemble scolaire "obligatoire pour tous, sauf lorsque les élèves pratiquent une activité sportive dans la cour", ce qui permet de "relativiser la portée de ces publications". Sont ainsi concernés les élèves qui "jouent au foot", ou bien encore ceux "qui font du ping-pong". Une forme de tolérance qui ne signifie pas pour autant que le port du masque est facultatif le reste du temps au sein de l'établissement. "Au regard de la situation dans laquelle nous sommes, le respect des protocoles est la meilleure des solutions", martèle le directeur académique.

En résumé, il n'y a aujourd'hui aucun établissement scolaire dans la Drôme où le port du masque pour les élèves serait aboli. Si le directeur d'un ensemble scolaire tolère que la pratique du sport dans la cour se fasse sans masque, cela ne signifie pas pour autant que les protocoles en vigueur sont laissés de côté.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Covid-19 : l'anxiété des Français atteint un niveau proche de celui du premier confinement

"The Voice All Stars" : qui a le plus de chances de remporter la finale ?

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil d'alerte de 50 cas pour 100.000 de nouveau franchi en France

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.