"Nous ne voulons pas avoir à choisir les malades" : le coup de gueule des chefs de service des hôpitaux marseillais

"Nous ne voulons pas avoir à choisir les malades" : le coup de gueule des chefs de service des hôpitaux marseillais
Population

ÉPIDÉMIE - Les chefs de service des établissements de l'AP-HM ont publié ce lundi une tribune, demandant des renforts pour ne pas avoir à trier les malades.

L'appel à l'aide de médecins des hôpitaux marseillais. Dix-neuf chefs de service ont publié ce lundi une tribune dans le quotidien La Provence pour témoigner de la situation qu'ils vivent, au jour le jour, dans les établissements de l'AP-HM. 

Alors que la deuxième vague ne cesse de s'accentuer depuis le mois d'août, ces professionnels de santé, parmi lesquels les chefs de services de réanimation et des unités Covid du CHU, s'inquiètent car les bras manquent. "Malgré tous nos efforts et nos demandes, nous ne trouvons pas les effectifs médicaux et paramédicaux à embaucher pour augmenter notre capacité globale d'hospitalisation. Il faut donc impérativement que le flux des hospitalisations COVID du département ralentisse très rapidement afin que nous puissions prodiguer des soins de qualité à tous les malades."

Lire aussi

"Nous devons anticiper"

"Personne n’a su prédire l'évolution de cette épidémie", poursuivent les médecins, avant de mettre en garde : "Nous devons donc anticiper car demain les équipes soignantes ne veulent pas avoir à choisir quel malade ira ou non en réanimation."

Au passage, les médecins profitent de cette tribune pour égratigner le Pr Didier Raoult et son pôle : "Le Pôle des Maladies Infectieuses de l’APHM qui compte 75 lits à l’IHU, sans aucune structure de réanimation ne traite qu’une partie des malades dont l’état ne nécessite pas les prises en charge les plus lourdes. En outre il a été, comme lors de la première vague, rapidement dépassé dans ses capacités d’hospitalisation conventionnelle".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Se défendant de tout parti pris politique, ces chefs de service se disent "conscient des conséquences terribles" que cette crise fait peser sur l'économie. Avant de préciser : "Nous restons dans notre rôle de médecins : les politiques décident et nous prenons en charge les patients". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : Macron et Darmanin à Bobigny cet après-midi

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 : des élèves français et leurs enseignants placés en quarantaine en Grèce

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent