Départements rouges, taux d'incidence, vulnérabilité... A quelle carte de l’épidémie se fier ?

Départements rouges, taux d'incidence, vulnérabilité... A quelle carte de l’épidémie se fier ?
Population

DÉCRYPTAGE - Depuis le début de la crise sanitaire, les cartes sont un instrument privilégié des autorités pour avertir sur les départements les plus impactés par le virus. Dans son protocole sanitaire, le ministère du Travail découpe de nouveau la France en trois zones : vertes, oranges et rouges. Malgré l’abandon du code couleur.

Depuis mardi, tous les salariés travaillant dans des lieux clos ont pour obligation de porter un masque toute la journée. Toutefois, à chaque règle son exception. Dans les départements où le virus circule moins, il est possible de retirer "temporairement" son masque. Pour savoir si votre département est concerné, le ministère du Travail a réparti la France en trois couleurs. En vert se trouvent les départements avec un taux d’incidence inférieur à 10 cas pour 100.000 habitants, en orange entre 10 et 50 cas, et en rouge les départements où le virus circule plus largement, avec plus de 50 cas pour 100.000 habitants, et dans lesquels le retrait momentané du masque semble presque impossible. Problème : il n’existe, à ce jour, aucune carte avec de telles couleurs.

Le code couleur a en effet été mis de côté par les autorités sanitaires. Avant et pendant le processus de déconfinement, l’ancien Premier ministre Édouard Philippe présentait régulièrement aux Français des cartes dont les couleurs étaient basées sur différents indicateurs, tels que la tension hospitalière ou le facteur de reproduction du virus, entre autres. Ainsi, avant le 11 mai, tous les départements du Grand Est, des Hauts-de-France, de la Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que Mayotte, figuraient en rouge. Au moment de la deuxième phase du déconfinement, le 28 mai, toute la France était cette fois en vert, à l’exception de l’Île-de-France, de Mayotte et de la Guyane, classés en orange.

"Il n’y a plus de carte rouge, orange et verte"

Mais depuis, les couleurs orange et vert ont disparu des radars. Seule la couleur rouge demeure. Elle est utilisée par les autorités sanitaires dans la carte des zones de circulation active du virus. Les départements où le virus "circule activement" - il y en a 21 à ce jour (voir vidéo ci-dessus) – sont classés en rouge. C’est sur la base de cette carte que les préfets peuvent prendre des mesures restrictives, comme la généralisation du port du masque dans la rue, la "limitation ou l’interdiction des rassemblements", la fermeture "partielle ou complète des établissements recevant du public" ou le retour de la "limitation des déplacements dans un territoire", précise le ministère de la Santé sur son site.

Lire aussi

En revanche, aucun signe de zones oranges ou vertes sur la carte. "Il n’y a plus de cartes rouge, orange et verte", indique la Direction générale de la Santé à LCI. "Aujourd’hui, la seule carte au niveau du ministère de la Santé est celle des zones de circulation active du virus. Elle est basée sur plusieurs indicateurs : la tension hospitalière, le nombre de tests réalisés, le taux de positivité des tests, ou encore l’évolution du nombre de clusters." "Tous ces indicateurs nous sont transmis par Santé publique France", poursuit la DGS, selon qui cette carte est "une analyse globale."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

La carte du "niveau de vulnérabilité par département" diffusée par Santé publique France, et qui classe les départements en fonction d’une "vulnérabilité élevée" ou "modérée" de l’épidémie, n’est donc pas non plus la référence.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

EN DIRECT - Covid-19 : "Cette vague sera beaucoup plus dévastatrice pour les hôpitaux"

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent