Covid-19 : que se passe-t-il en Mayenne, où six clusters ont été identifiés ?

Covid-19 : que se passe-t-il en Mayenne, où six clusters ont été identifiés ?
Population

CORONAVIRUS - En Mayenne, alors que le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 a quadruplé en deux semaines, les autorités sanitaires sont sur le qui-vive. Un plan de dépistage massif va être lancé et des mesures de vigilance vont être mises en place, à commencer par l'annulation des festivités du 14 juillet.

La Mayenne est sur le pied de guerre. Six "clusters" ont été identifiés ces dernières semaines : quatre à Laval (un abattoir, un Ehpad, une école et un centre d'hébergement et de réinsertion sociale), un à Craon (un abattoir) et un à Château-Gontier (un foyer de jeunes travailleurs et un établissement de service d’aide par le travail), "où des dépistages sont toujours en cours d'investigation". Il faut dire que dans ce département, la circulation du virus est beaucoup plus intense. 

Ainsi, entre le 25 juin et le 6 juillet, le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 a quadruplé, passant d'abord de 54 à 109 puis de 109 à 219 entre le 30 juin et le 6 juillet. C'est ce doublement à deux reprises et en deux semaines du nombre de cas découverts qui inquiète les autorités. Ce que confirme auprès de LCI Benoit James, le directeur de crise de l'Agence régionale de santé des Pays de la Loire : "Jusqu'au 6 juillet, les cas positifs augmentaient de façon exponentielle, là on voit une légère baisse apparaître mais ces résultats ne sont pas encore consolidés. Il vaut donc mieux rester prudent et se dire que la situation n'est pas encore sous contrôle", estime-t-il dans la vidéo en tête de cet article.

Casser la transmission du virus

Résultat, un plan de dépistage massif sera lancé la semaine prochaine sur la population, à commencer par Laval, ont annoncé mercredi l'ARS des Pays de la Loire et la préfecture. Des dépistages virologiques et sérologiques qui seront réalisés sur la base du volontariat et devraient concerner au total environ 300.000 personnes. 

"L'idée est de tester le plus possible afin d'isoler ces personnes et de casser les éventuelles transmissions de virus", poursuit Benoît James. Seule certitude, "les mesures prises vont permettre d'avoir une vision la plus exhaustive possible de ce qui se passe", dit-il. Et pour le moment, les investigations menées sur les cas positifs ont permis de rapprocher un certain nombre de ces cas avec les fameux clusters identifiés, et notamment des deux abattoirs.

Mais qu'on ne s'y trompe pas. Pour le directeur de crise de l'ARS, il ne faut pas mettre ces lieux en exergue. "Ce sont des milieux où on voit apparaître des clusters, notamment parce que les salariés qui y travaillent proviennent souvent de milieux précaires et où les conditions de logement font que le virus peut circuler plus facilement entre eux. Alors que dans les abattoirs, les mesures barrières et tous les protocoles sanitaires sont respectés", insiste-t-il.

Lire aussi

Les festivités de l'été suspendues

De son côté, le maire DVG de Laval se veut plutôt rassurant. "Selon les indications de l'ARS, les six foyers épidémiques sont assez contenus. Et même si le taux peut paraître important, ce sont pour l'instant des foyers bien repérés et identifiés", souligne Florian Bercault sur LCI.

En vidéo

Interview du maire de Laval

Toutefois, l'édile appelle tous ses concitoyens à respecter les gestes barrières. "J'en appelle au civisme et à la responsabilité de chacun pour que collectivement, on puisse faire face à cette crise", souligne-t-il. Et pour mieux enfoncer le clou, des mesures de prudence et de vigilance accrues vont être mises en place, notamment concernant les festivités de l'été. Ainsi le feu d'artifice du 14 juillet est annulé et deux événements sont suspendus jusqu'au 27 juillet : Laval Plage et les Estivales. 

"J'ai par ailleurs demandé au directeur général des services de rappeler le respect strict des gestes barrières. J'en appelle aussi à la prudence des commerçants qui doivent imposer le port du masque à leurs clients. Enfin, j'ai demandé le port du masque obligatoire sur les marchés, et l'étalement des commerçants pour éviter les regroupements", poursuit Florian Bercault.

Selon le bulletin épidémiologique de l'ARS, au 7 juillet, 87.718 tests ont été réalisés en Pays de la Loire, dont 1.332 sont positifs. Le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas cumulés sur 100.000 habitants durant les sept derniers jours est de 5,97 (à la date du 7 juillet) pour la région. Dans quatre départements, il est inférieur à 5 ; en revanche en Mayenne, il est de 47,16.

Toute l'info sur

Vacances d'été : l'ombre du coronavirus

"L'enjeu est donc bien de repérer tous les cas entre eux au sein de chaque cluster pour s'assurer qu'il n'y a pas d'échappement de l'épidémie au sein de la population", conclut Pierre Blaise, médecin spécialiste en santé publique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent