Des élèves dénoncent un protocole sanitaire insuffisant, tensions devant plusieurs lycées parisiens

Des élèves dénoncent un protocole sanitaire insuffisant, tensions devant plusieurs lycées parisiens

BLOCAGES – Une dizaine de lycées parisiens ont été perturbés ce mardi matin par des élèves dénonçant le protocole sanitaire anti Covid-19, que les fédérations de parents et les syndicats d’enseignants contestent.

Ils ont voulu exprimer leur colère. Des lycéens ont brièvement bloqué ou tenté de bloquer ce mardi matin une dizaine de lycées parisiens pour protester contre le protocole sanitaire, à leurs yeux insuffisant, mis en place dans leurs établissements pour tenter d'enrayer la propagation de l'épidémie de Covid-19.

Ces perturbations ont affecté "une dizaine d'établissements parisiens", a indiqué le rectorat de Paris à l'AFP, conduisant dans certains cas à l'intervention musclée des forces de police. Vers 9h30, la situation était stabilisée, a-t-on déclaré de même source. Des tensions particulièrement vives avec les forces de l'ordre ont eu lieu devant le lycée Colbert notamment (voir la vidéo ci-dessous).  Parmi les autres lycées concernés figurent Turgot, Sophie-Germain, Charlemagne ou encore Hélène-Boucher (Voir la vidéo ci-dessous), des établissements habitués à la contestation lycéenne.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires

"La cantine est toute petite, sans aération"

Selon des journalistes sur place, les élèves protestent contre le protocole sanitaire actuellement en vigueur, qui n'a pas été modifié ou très peu, malgré la recrudescence des cas de coronavirus. "On est dans un lycée avec des classes de 35, tous collés", a déploré Nora, en terminale au lycée Sophie-Germain, auprès de l’AFP. "On a des toutes petites salles. La cantine est toute petite, sans aération et on mange sans les masques... Donc, ce qu'on demande, c'est un nouveau protocole sanitaire qui permettrait aux professeurs de dédoubler leurs classes", a renchéri un de ses camarades, Jules.

Lire aussi

Leurs revendications sont soutenues par les représentants des parents d’élèves et les syndicats d’enseignants. Le protocole s'avère "inapplicable en raison du trop grand nombre d’élèves par classe dans la plupart des établissements", écrit la fédération de parents d'élèves FCPE Paris 75 dans un communiqué, s'inquiétant des appels au blocus et des risques de débordement.

"Inacceptable d’avoir fait la rentrée dans les mêmes conditions qu’en septembre"

La FCPE 75 dénonce aussi les conditions d'accueil des lycéens en cette rentrée. "Ils sont toujours entassés dans leur classe et ont du mal à comprendre pourquoi une telle promiscuité alors qu'ils sont par ailleurs privés de leur vie sociale."

Des syndicats d'enseignants comme le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, ont de leur côté déposé des préavis de grève. "C'est inacceptable qu'on ait fait la rentrée dans les mêmes conditions sanitaires qu'au mois de septembre, alors que le virus circulait beaucoup moins alors", dénonce Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU.

86 verbalisations

La préfecture de police de Paris a dénoncé les blocages mis en place. "Ces comportements conduisant à des regroupements de personnes dans un contexte terroriste extrêmement élevé sont irresponsables et mettent en danger la sécurité de tous", a indiqué la préfecture. Les policiers ont procédé à 86 verbalisations. 3 lycéens ont par ailleurs été interpellés pour jets de projectiles. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 16.600 cas ces 24 dernières heures

À quoi ressemblent les dernières heures de Donald Trump à la Maison-Blanche ?

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Couvre-feu à 18h : commerces et enseignes s'adaptent en ouvrant leurs portes plus tôt

Lire et commenter