Covid-19 : le rappel à l'ordre d'Olivier Véran sur les tests PCR payants

Ce jeudi après-midi, Olivier Veran a annoncé l'ouverture de nouveaux centres de dépistage. Une vingtaine sera établie dans la région parisienne dès lundi, avec des créneaux dédiés aux personnes prioritaires.
Population

POLÉMIQUE - Au cours de sa conférence de presse, le ministre de la Santé a tapé du poing sur la table. Dans son viseur, les laboratoires qui facturent une centaine d'euros les tests PCR.

"J'espère que c'est faux." Interrogé ce jeudi soir lors de sa conférence de presse sur les laboratoires qui n'hésitent pas à faire payer au prix fort les tests PCR, Olivier Veran a mis en garde. Et rappelé qu'il s'agissait d'une pratique illégale, l'Assurance maladie prenant en charge l'examen.

"La totalité des tests PCR réalisés dans notre pays sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. À 100 %, vous n’avez rien à débourser, pas un euro", a insisté le ministre. Et Olivier Véran de prévenir : si un laboratoire "propose des passe-droits ou des coupe-files, si ça devait exister, des enquêtes de l’Assurance maladie seront conduites."

Lire aussi

De nouveaux centres de dépistage

A l'origine de la mise au point du ministre : une enquête publiée mercredi sur Europe 1. Celle-ci évoquait le cas d’un laboratoire parisien qui propose de "remonter un dossier sur le dessus de la pile" contre de l’argent. "C’est payant, 24 à 48 heures maximum, juste pour un PCR", le tout pour "80 euros hors taxe, 96 euros TTC". Un cas loin d'être anecdotique : d'autres cas ont été relayés, notamment sur les réseaux sociaux.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Face à la saturation des laboratoires, les autorités vont renforcer l'offre de dépistage du coronavirus. Olivier Véran a annoncé jeudi, lors de son nouveau point hebdomadaire sur la situation sanitaire, l'ouverture de "centres de dépistages pour les publics prioritaires" à compter de lundi prochain. Olivier Véran a toutefois rappelé que la priorisation restait d'actualité pour faire face à cette saturation des laboratoires d'analyses. Les publics prioritaires sont les personnes bénéficiant d'une prescription médicale, présentant des symptômes, les cas contacts, les personnels de santé ou encore les aides à domicile. Pour ces personnes qui "n'arrivent pas à obtenir un test ou un résultat dans un délai raisonnable".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le gouvernement envisage des mesures de durcissement nationales "dans les jours à venir"

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent