Masques en tissu à l'école : l'inquiétude des profs

Masques en tissu à l'école : l'inquiétude des profs
Population

PROTOCOLE SANITAIRE - Plusieurs syndicats du primaire réclament au ministère de l'Education des masques chirurgicaux pour les enseignants, et non des masques en tissu. Ceux-ci seraient, selon les Agences régionales de santé, insuffisants pour assurer leur protection.

Les enseignants du primaire ne seraient-ils pas assez protégés ? C'est ce que dénonce le SNUIPP-FSU, 1er syndicat du primaire, qui réclame dans un communiqué publié jeudi que les professeurs se voient fournir par l'Education nationale des masques chirurgicaux, et non des masques en tissu comme cela est le cas. Le même jour, un autre syndicat, le Sgen-CFDT, a revendiqué la même chose en adressant un courrier au ministre de l’Education nationale.

Les réclamations de ces deux syndicats d'enseignants font suite à un mail envoyé mercredi par l'Agence régionale de santé (ARS) Bretagne à une école et que nous avons pu consulter. Elle y indique que "le port des masques en tissu par les adultes est une protection insuffisante envers les enfants" puisque ceux-ci ne sont pas eux-mêmes masqués. "Les enseignants seront considérés comme 'contacts à risque' si un enfant de leur classe est testé positif au Covid 19 ; L’ensemble des enfants d’une classe sera considéré comme contact à risque si un enseignant est testé positif au Covid", indique de plus l'ARS, qui conseille aux établissements de fournir à leur personnel des masques chirurgicaux. Mais alors que l'Académie de médecine elle-même préconise de préférer, dans l’espace public, les masques en tissu, lavables, "pour d’évidentes raisons économiques et écologiques", ce mail de l'ARS Bretagne sème le doute sur son efficacité.

Une protection efficace seulement si le masque est porté par le cas et le contact

Contacté par LCI, l'Agence régionale de santé précise qu'elle ne fait que respecter, comme les autres ARS, le protocole de Santé Publique France. Dans une définition datant du 7 mai dernier, l'autorité de santé précise qu'il y a contact en "l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact" comme un "masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas ou le contact" ou un "masque grand public fabriqué selon la norme AFNOR ou équivalent porté par le cas et le contact". Dans le cas des enseignants, masqués face à une trentaine d'enfants non masqués - le masque n'étant obligatoire que passé 11 ans -, la protection n'est donc pas assurée.

"A l’heure, où les cas positifs se multiplient dans les écoles et que, contrairement à ce qu’il avait été affirmé précédemment, les élèves sont contaminés et contaminants, il est urgent de prendre des mesures pour protéger tous les personnels et les élèves. L’ARS de Bretagne préconise de doter les enseignants de masques chirurgicaux. Le SNUipp-FSU demande au ministre de mettre immédiatement en œuvre cette préconisation dans toutes les écoles", écrit dans son communiqué le syndicat. 

Une capacité de filtration de 98% suffisante selon le ministère

Face à ces alertes, le ministère de l'Education nationale se veut rassurant. "Les masques qui ont été distribués aux enseignants indiquent une capacité de filtration de 98%. C’est le type de masque grand public le plus protecteur", nous assure-t-on. "Quant aux éventuels doutes émis par des ARS, l’information va circuler pour s’assurer qu’elles ne font pas allusion à d’autres types de masques dont le niveau de protection ne serait pas aussi élevé."

Une réponse insuffisante pour le syndicat SNUipp-FSU, qui attend que les ministères de l'Education et de la Santé s'accordent sur l'efficacité du masque en tissu. "De plus en plus de classes ferment un peu partout en France car des enfants ont été testés positifs au coronavirus. Etant donné ce que dit l'ARS, nous nous posons la question de l'efficacité des masques en tissu", lance Guislaine David, porte-parole du syndicat SNUipp-FSU. Et de poursuivre : "Pour l’ARS, lorsqu’il y a un cas Covid dans une classe et que le professeur porte un masque en tissu, tous les élèves, ainsi que l’enseignant; sont considérés comme des cas-contact. En revanche, et nous en avons fait l'expérience, lorsque l’enseignant  a porté de son propre chef un masque chirurgical, il n’a pas été testé et ni placé en quatorzaine."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Lire aussi

Il n’y a aucune raison scientifique pour accéder à la demande des syndicats.- Yves Buisson, président de la cellule Covid-19 de l’Académie nationale de médecine

Pour le président de la cellule Covid-19 de l’Académie nationale de médecine, Yves Buisson, de telles récriminations n'ont pas lieu d'être. "En raison de son niveau de filtration souvent médiocre, le masque en tissu est surtout utile pour protéger l’entourage, et non celui qui le porte. Or les enfants, s’ils sont porteurs du Covid-19, ne le transmettent qu’exceptionnellement à un adulte. En revanche les enfants contaminés le sont par les adultes. Il n’y a aucune raison scientifique pour accéder à la demande des syndicats", explique-t-il à LCI.

Dans la vie de tous les jours en revanche, l'épidémiologiste insiste sur le fait que le masque en tissu n'est efficace que si tout le monde se protège. "C’est le plus important, au-delà de savoir si le masque est bien aux normes, etc. Il faut qu’il soit bien porté, c’est-à-dire qu’il couvre le nez et la bouche. Cela permet d'arrêter presque tout ce qu’émet le porteur du masque." Si l'on est seul à porter le masque en revanche, le masque chirurgical est le plus efficace, car il permet de se protéger et de protéger les autres. Son niveau de filtration est en effet légèrement meilleur qu'un masque en tissu, "mais l’étanchéité, c’est-à-dire la capacité d’adhérer à la peau, est loin d’être parfaite, ce qui est le cas avec les masques FFP2 réservés au personnel soignant", tempère Yves Buisson. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

EN DIRECT - Covid-19 : les Français largement favorables au reconfinement annoncé, selon notre sondage

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

Reconfinement : crèches, écoles, collèges et lycées resteront ouverts "avec des protocoles sanitaires renforcés"

Reconfinement : dans quelles conditions pourrai-je encore me déplacer ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent