"Mesure inapplicable", "surcroît de travail"... La police face au défi du couvre-feu

"Mesure inapplicable", "surcroît de travail"... La police face au défi du couvre-feu
Population

RESTRICTIONS - À compter de ce week-end, près d'un Français sur trois sera amené à respecter le couvre-feu. Pour réaliser des contrôles, Gérald Darmanin a promis un renfort de 12.000 policiers et gendarmes en plus des effectifs traditionnels. Mais les doutes demeurent.

La police a-t-elle vraiment les moyens de s'assurer de la bonne conduite de 20 millions de Français chaque nuit pendant six semaines ? Les contours de l'organisation du couvre-feu à peine dévoilés par l'exécutif, plusieurs personnalités ont alerté sur le manque de moyens pour mener à bien les contrôles. "C'est évidemment un surcroît de travail pour les forces de l'ordre", a ainsi jugé Olivier Varlet, secrétaire général de l'UNSA Police, sur LCI (voir vidéo en tête de cet article). "La plage horaire pose problème puisque nous avons déjà peu de policiers disponibles pour effectuer les missions du quotidien."

Pour les aider, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce jeudi que 12.000 policiers et gendarmes seraient chargés, chaque nuit, de faire respecter les consignes, en plus des effectifs traditionnels et de la police municipale. "Ce sont les CRS et les gendarmes qui vont renforcer les collègues de la sécurité publique pour assurer cette mission", selon Olivier Varlet, sans quoi les forces de l'ordre "n'auraient pu assumer" la charge de travail supplémentaire qui leur est demandée.

"La police aura aussi un rôle pédagogue"

Mais ce renfort pose question. Pour Jean-Christophe Lagarde, député de Seine-Saint-Denis (UDI), "il faut d'abord avoir les policiers avant de pouvoir contrôler". "Pourquoi serait-on subitement capable d'amener 12.000 policiers ?", demande-t-il (voir vidéo ci-dessous). "J'ai dirigé la ville de Drancy : 70.000 habitants, 452 rues, mais le soir à 22 heures, il n'y a qu'un véhicule de police avec trois fonctionnaires à l'intérieur. Je crains que ces mesures ne soient pas applicables. Dans toutes les grandes métropoles, la police souffre déjà de sous-effectifs."

En vidéo

Jean-Christophe Lagarde sur le couvre-feu : "Je crains que ces mesures ne soient pas applicables"

Face au risque d'un manque de contrôles, les policiers appellent surtout les citoyens à respecter les règles, alors que la reprise épidémique menace l'équilibre des services hospitaliers. Pour Olivier Varlet, "ce dispositif doit absolument avoir l'adhésion des citoyens". "Les forces de l'ordre à elles-seules ne pourront pas contraindre la population à rester chez elle. Elles ne font pas seules la réussite, ou non, du couvre-feu."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Pour inciter la population des zones concernées à rester chez elle, le secrétaire général de l'UNSA Police veut d'abord miser sur l'explication et la pédagogie. "Dans un premier temps, la police aura aussi un rôle pédagogue pour mettre en place ce dispositif", assure-t-il. "Il faut que la population adhère à cette mesure avant d'utiliser le répressif pour la faire appliquer."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 50.000 nouveaux cas détectés en 24 heures

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : un deuxième homme au contact du terroriste interpellé

Jody éliminée de "Koh-Lanta" : "Je suis soulagée que ce soit terminé"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent