Covid : des "laissez-passer" pour permettre aux couples binationaux d'enfin se retrouver

COVID, LA GALERE DES COUPLES BINATIONAUX

PANDÉMIE - Avec les restrictions de voyage, des milliers de couples sont dans l’impossibilité de se rejoindre depuis plusieurs mois. Le ministre des Affaires étrangères a annoncé la mise en place imminente des premiers "laissez-passer".

Ils alertent sur leur sort depuis des mois. Les couples franco-étrangers non-mariés, non pacsés et qui n'ont pas fait reconnaître leur concubinage vont enfin pouvoir bénéficier de "laissez-passer". Le Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères a annoncé ce jeudi la mise en place d'une procédure spéciale : "Il y a une procédure qui a été mise en place début août. Elle n'est pas satisfaisante parce qu'elle est trop lente et n'a pas permis de répondre à ces problèmes", a d'abord reconnu sur France Inter le nouveau Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune. "J'espère qu'en fin de semaine, début de semaine prochaine nous aurons les premiers laissez-passer", a-t-il indiqué. 

De nombreux pays ont mis en place des restrictions de voyage en raison de la pandémie et des milliers de couples non mariés se sont retrouvés dans l’impossibilité de se rejoindre. Privés de la possibilité de faire jouer le regroupement familial, certains se voyaient priés de solliciter un visa touristique. Or ce dernier était impossible à obtenir en temps de Covid-19, le tourisme ne relevant pas de la catégorie des voyages essentiels. Le 8 août dernier, une première procédure dérogatoire avait été annoncée par le secrétaire d'Etat au Tourisme, Jean-Baptise Lemoyne. Jugée "trop compliquée", elle n'avait finalement jamais pu être mise en place au sein du réseau consulaire, laissant ces couples dans un grand désarroi. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Une procédure délicate

Afin d'interpeller les pouvoirs publics sur la situation de ces couples perdus dans ces méandres bureaucratiques, une campagne internationale baptisée "Love is not tourism" avait été lancée en juin dernier sur les réseaux sociaux. L'un de ses représentants en France, Fabien Lefebvre, qui n'a pas pu voir sa compagne bloquée en Iran depuis février, se dit "échaudé" par l'absence de dialogue depuis plusieurs semaines avec le ministère des Affaires étrangères.

"Dans ce contexte, et avec une situation toujours aussi désespérante pour les couples et familles séparées, malgré les propos de Clément Beaune, le collectif demeure dans l’attente d’actes", indique, sceptique, Fabien Lefebvre. Certains couples franco-étrangers sont séparés depuis plus de six mois, sans possibilité de faire venir en France leur partenaire, faute de reconnaissance administrative de leur relation. 

De fait, la démarche est délicate, car il s'agit d'établir la réalité de ces relations sentimentales à distance en vue d'un "laissez-passer", pour une entrée temporaire en France, sans ouvrir de brèche dans les réglementations migratoires existantes. Concrètement, il s'agira de prouver "l'existence d'activités communes au fil du temps, ou encore la preuve de précédents séjours en France, apportée par des factures, des billets d'avion, etc.", a indiqué à l'AFP une source au Quai d'Orsay.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Covid-19 : "petite poussée" des contaminations, près de 5 000 cas par jour

"Indemnité inflation" : à qui va-t-elle s'adresser, quel montant et quand sera-t-elle versée ?

Prix des carburants : une indemnité "classe moyenne" de 100 euros pour 38 millions de Français

Amérique : les Vikings étaient bien là avant Christophe Colomb

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.