Qu'aurez-vous le droit de faire, selon que vous habitez dans un département "vert" ou "rouge" ?

Qu'aurez-vous le droit de faire, selon que vous habitez dans un département "vert" ou "rouge" ?
Population

AUTORISATIONS - Quelles différences y aura-t-il dans nos vies selon que nous habitons dans un département catégorisé en vert ou en rouge, à partir du 11 mai ? Voici de premiers éléments de réponse sur un sujet où tout est loin d'être tranché.

C'est l'une des myriades de questions dans la gigantesque interrogation qui entoure le 11 mai. Si chacun a compris que nous nous déconfinerons différemment selon que notre département sera colorié de rouge ou de vert le 7 mai, comment ces différences vont-elles se démarquer ? Les réponses ne sont pas encore toutes fixées. D'autant que certains critères resteront identiques que vous soyez dans un département rouge ou vert : vous n'aurez ainsi pas à fournir d'attestation pour les déplacements de moins de 100 km que vous habitiez à Paris (Rouge) ou dans le Finistère (Vert). Il sera même possible de vous déplacer d'un département vert à un département rouge et vice-versa si vous respectez cette limite de 100 km. Au delà, une attestation pour motif impérieux sera en revanche réclamée. Voici ce qu'il faut savoir. 

Trois couleurs... mais avant le 11 mai, rien ne change

On attendait deux couleurs. Finalement, depuis jeudi soir, les départements français sont divisés en trois catégories : vert, rouge et orange.  Le 7 mai, ne resteront que deux catégories -vert et rouge- qui détermineront le niveau de relâchement des restrictions à partir du 11 mai. 

Lire aussi

 

Dans les départements en vert, une moindre présence du virus permettra d'organiser un déconfinement plus large.

Ceux en orange (une catégorie provisoire) ne présentent qu'un seul des deux critères - la circulation active du virus ou les capacités en réanimation. Attention donc, d'ici au 11 mai, rien ne change que votre département soit vert, rouge ou orange.

En vidéo

Comment interpréter la carte du déconfinement ?

"La réouverture des commerces est à peu près identique pour tout le monde"

7 mai. 11 mai. Deux dates capitales. Mais pour que tout soit décidé il faudra sans doute patienter encore quelques semaines.. Lors de la présentation du plan de déconfinement, Edouard Philippe avait ainsi donné "rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement". 

Reste tout de même, malgré cette sensation de marcher sur des oeufs, quelques certitudes :  ainsi, précise Olivier Véran, "la réouverture des commerces, c'est-à-dire l'essentiel de la levée du confinement, est à peu près identique, quel que soit le département où on se situe". Et le ministre, pour le moins prudent, de rappeler que "si vous êtes dans une zone qui est déjà rouge au moment de la levée du confinement, et que vous avez des alertes sur l'apparition de clusters, on sait qu'on peut être amené à prendre des mesures de fermeture ou de restriction supplémentaires. Ce sont des départements sous surveillance encore plus étroite." D'ailleurs, il n'est pas impossible qu'un département classé en vert le 11 mai puisse être placé en rouge par la suite selon l'évolution de l'épidémie. 

En rouge : ni parcs, ni jardins, ni collèges

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Suivez les dernières informations sur le déconfinementRegardez jusqu'où vous pouvez vous déplacer sans attestation avant le 2 juin

En revanche, les habitants d'Ile-de-France et du Grand Est, aujourd'hui en rouge, ne pourront pas accéder aux parcs et jardins, pas plus que leurs adolescents ne pourront retourner au collège, au contraire des habitants du Grand Ouest, aujourd'hui en vert. Une différence qui appelle néanmoins ce nouvel appel à la précaution d'Olivier Véran : "Quand on vous dit que vous allez pouvoir accéder aux parcs, aux jardins, c'est à la condition que vous respectiez les règles de distanciation sociale". 

Que le département soit vert ou rouge, les plages en revanche restent interdites... pour l'instant. Mais ces mesures pourraient évoluer,  là encore, en juin.

"Les différences, secteur par secteur, peuvent paraître ténues". Reste une certitude, martelée par le ministre de la Santé à plusieurs reprises jeudi 30 avril sur le plateau de LCI : "Les gestes barrières, les règles de distanciation physique sont les mêmes partout, tout comme les règles de port du masque."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent